1. /
  2. Alpes

Voisins. Les Suisses voteront sur l'interdiction de l'éducation sexuelle à l'école avant 9 ans

Les Suisses vont se prononcer dans les prochains mois sur une initiative de la droite conservatrice visant à interdire les cours d'éducation sexuelle à l'école avant que les enfants n'aient atteint l'âge de neuf ans.

  • AFP
  • Publié le
La 'sexbox', une boîte d'accessoires pédagogiques contenant des organes sexuels en peluche © KEYSTONE

© KEYSTONE La 'sexbox', une boîte d'accessoires pédagogiques contenant des organes sexuels en peluche

L'initiative - un droit donné aux citoyens suisses de faire une proposition de modification de loi - intitulée "Protection contre la sexualisation à l'école maternelle et à l'école primaire" a recueilli le nombre de signatures nécessaires, a annoncé lundi 3 février la Chancellerie fédérale. La date du vote doit encore être définie par le gouvernement.

Les enfants et les jeunes ne peuvent être contraints de suivre un cours d'éducation sexuelle"


Le texte de cette initiative, déposée en décembre 2013 auprès des autorités fédérales, stipule que "l'éducation sexuelle est l'affaire des parents". Il souligne aussi que seul un cours destiné à "la prévention des sévices sexuels" sur les enfants peut être dispensé à partir de l'école maternelle. Mais ce cours ne doit pas aborder l'éducation sexuelle, précise-t-il.

Par ailleurs, le texte prévoit que seul un "cours facultatif d'éducation sexuelle" peut être ensuite dispensé par le maître de classe aux enfants et aux jeunes âgés de neuf ans révolus. Si l'initiative venait à être acceptée par les Suisses, un "cours obligatoire destiné à la transmission de savoirs sur la reproduction et le développement humains" pourrait être dispensé par l'enseignant de biologie aux enfants et aux jeunes âgés de douze ans révolus. "Les enfants et les jeunes ne peuvent être contraints de suivre un cours d'éducation sexuelle qui dépasserait ce cadre", précise le texte.

L'opposition aux 'Sexbox' à l'origine du mouvement


Un groupe de parents de Bâle-Ville qui s'étaient opposés - avec succès - aux "Sexbox" dans les écoles, une boîte d'accessoires pédagogiques contenant des organes sexuels en peluche, est à l'origine de l'initiative. Des femmes et hommes politiques issus principalement du parti de droite populiste UDC se sont joints à ce projet. "Dans le canton de Bâle-Ville, des 'Sexbox' contenant du matériel pornographique ont été préparées à l'intention des écoles maternelles et primaires! L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) veut introduire des cours d'éducation sexuelle obligatoires financés par les impôts à hauteur de plusieurs millions dans toutes les écoles maternelles et primaires de Suisse!", dénoncent sur leur site internet les membres du comité d'initiative.

Pour eux, le projet de loi vise à protéger "nos petits enfants contre la sexualisation et la pornographie". "Le droit des enfants à des connaissances appropriées à leur âge concernant la reproduction et le développement humains ainsi que la protection contre les sévices sexuels sont préservés", ajoutent-t-il.
les + lus
les + partagés