publicité

Tuerie de Chevaline, en Haute-Savoie: les pistes d'un ex-mari caché et d'un Irakien tueur à gages explorées sans succès

Ce 8 juillet, le procureur d'Annecy, Éric Maillaud, révèle deux enquêtes récemment menées par la Section de recherche de Chambéry. Deux pistes qui se sont révélées fausses mais une volonté des autorités de montrer qu'elles n'abandonnent pas les recherches, après un an et demi d'enquête.

  • Raphaëlle Besançon
  • Publié le 08/07/2014 | 13:33, mis à jour le 30/07/2015 | 09:43
© Serge Worreth

© Serge Worreth

L'affaire de la tristement célèbre tuerie de Chevaline refait parler d'elle. En fait, c'est plutôt le procureur d'Annecy, Éric Maillaud, qui souhaite en reparler. Il apprend dans une interview accordée au Dauphiné Libéré que la section de recherche de la gendarmerie de Chambéry a récemment exploré deux nouvelles pistes: un Irakien, suspecté d'avoir été engagé comme tueur à gages et la mort douteuse d'un ex-mari caché. 

Rappel des faits:

Le 5 septembre 2012, une famille britannique est retrouvée sur le bord d'une route, à Chevaline. Le corps de Saad al-Hilli, sa femme, Iqbal al-Hilli et sa belle-mère gîsent sans vie dans la voiture. Celui d'un cycliste français, Sylvain Mollier, est lui retrouvé à côté du véhicule. Au total, 21 balles ont été tirées. Seules les deux filles du couple ont survécu au drame.

La piste d'un tueur à gage Irakien

Voilà un an et demi que la Section de recherche de Chambéry enquête sur l'affaire. Deux pistes ont récemment été explorées. La première concerne un Irakien de 35 ans, connu de la justice pour de nombreux faits de délinquance. Lors d'un séjour en prison, il aurait mentionné à son co-détenu qu'il s'était vu «proposer un contrat visant un Irakien vivant à Londres pour la somme de 100.000 euros.»
Les enquêteurs sont sur le coup. Ils attendent que le suspect se rende en France pour régler des affaires concernant son divorce et lui tombent dessus. Après trois jours de garde à vue, ils apprennent que l'homme était en réalité en Suisse au moment des faits. Cependant, ils n'excluent pas qu'il ait joué un rôle dans cette affaire.

La piste de la mort suspecte d'un ex-mari caché

Autre piste. La mère de famille, Iqbal al-Hilli, morte lors du drame, a été mariée, sans que personne ne le sache, à un autre homme, un chirurgien-dentiste, alors qu'elle séjournait aux États-Unis, en 1999. Elle divorce peu de temps après. Mais ce qui retient l'attention des enquêteurs, ce n'est pas cette histoire d'adultère. Il se trouve que l'ex-mari de la victime est mort exactement le même jour que la tuerie de Chevalines, le 5 septembre 2012. Les médecins révéleront plus tard que ce n'est qu'un hasard. L'homme est mort d'une crise cardiaque.

Deux pistes explorées donc,sans succès. Si Éric Maillaud,le procureur d'Annecy, a tout de même tenu à ce qu'elles soient rendues publiques, c'est qu'il souhaite "Montrer que nous ne baissons pas les bras. Une équipe travaille toujours à temps plein sur cette affaire."

Interview du procureur au micro de Maxence Regnault et Christian Mathieu:

Interview d'Éric Maillaud


les + lus
les + partagés