A Grenoble, le conservatoire informatique ACONIT en appelle aux pouvoirs publics

Aconit à Grenoble est une véritable caverne d'Ali Baba, un trésor technologique de machines et d'ordinateurs historiques, remontant jusqu'aux années 1950, sauvegardés depuis 30 ans par des passionnés, mais reclus dans un vieux hangar, faute de mieux.

  • France 3 Alpes
  • Publié le , mis à jour le
Philippe Duparchy, président d'aconit devant le calculateur analogique SEA OME P2 (1950) © Aurore Trespeux

© Aurore Trespeux Philippe Duparchy, président d'aconit devant le calculateur analogique SEA OME P2 (1950)

C'est un conservatoire extra-ordinaire, qui au fil des ans a constitué l'une des plus riches collections en Europe ! Du boulier aux instruments les plus sophistiqués de ce qu'on appelle aujourd'hui la nouvelle société de l'information.

Reportage d'Aurore Trespeux,Jean-Christophe Pain, Franck Ceroni & Gilles Neyret
Musée Aconit en difficulté

Intervenant : Philippe Duparchy, Président association ACONIT  -   - 


"Nous sommes obligés de refuser des dons!"

Toutes les semaines, des entreprises, des particuliers poussent la porte du vieil hangar du musée à deux pas du quartier Saint-Bruno pour y faire don de leurs anciennes machines, désormais pièces de patrimoine. Seulement voilà, le local qui abrite déjà dans ses murs plus de 2500 pièces n'a plus la place d'accueillir de nouveaux trésors. 

"Chaque semaine nous recevons deux à trois dons. Nous ne pouvons malheureusement plus les accepter car nous n'avons plus la place de les stocker. Si  la pièce est très rare, nous essayons de lui trouver une petite place mais cela devient de plus en plus compliqué", confie Philippe Duparchy, président de l'association Aconit, gérant ce conservatoire.
 

La caverne d'Ali Baba

Pourtant lorsque l'on pousse les portes du local on découvre de nombreuses pépites de l'informatique datant de 1950 à aujourd'hui, remises à neuf. Les machines les plus anciennes sont celles qui prennent en général une grande place dans les locaux et sont donc exposées au rez-de-chaussée. Dès que l'on gravit un étage, on voyage dans le temps pour se rapprocher de ce que nous connaissons le mieux mais qui nous semble déjà vieux. 


L'association ACONIT en appelle aux pouvoirs publics pour " l'aider à préserver et à développer l'histoire de ce patrimoine" dans une ville, Grenoble, qui compte parmi les principaux centres d'activité informatique en France, et associe formation, recherche et industrie".

  • Visite du cimetière Saint-Roch à Grenoble

    Dans le cadre des journées du patrimoine, Saint-Roch organisait ce dimanche des visites ouvertes au public. Un cimetière est parfois bien plus efficace qu'un livre d'histoire pour raconter le passé d'une ville.

    Mis à jour le 18/09/2016
  • Un sommelier devenu vinaigrier à Izeron, en Isère

    Il était sommelier dans les palaces, à Londres notamment, à 35 ans, Hervé Bollot a décidé de changer de vie. Il transforme aujourd’hui le vin en vinaigre et ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît.

    Mis à jour le 13/09/2016
  • Le musée de Virieu vous dit tout sur la galoche

    C’est dans la vallée de la Bourbe à Virieu, dans le Nord Isère que se trouve le seul musée de France entièrement consacré à la chaussure à la semelle de bois. Il raconte l’histoire de la galoche et des galochiers. Des artisans dont le savoir-faire est aujourd’hui presque disparu.

    Mis à jour le 14/08/2016
  • Herqueville (27) : le jardin secret de Louis Renault

    L'inventeur et constructeur automobile Louis Renault s'intéressait de près au travail dans les fermes. Il a acquis près de 2000 hectares près du Vaudreuil. Cette histoire est racontée dans un livre

    Mis à jour le 26/09/2016
  • La teurgoule, le dessert normand

    On pourrait la prendre pour un simple riz au lait mais il n'en est rien : la Teurgoule c'est une tradition. La 38ème édition du concours national de Teurgoule s'est déroulée à Houlgate. Pour l'emporter il fallait proposer dans sa jatte en terre cuite un dessert au vrai goût d'autrefois
    Mis à jour le 26/09/2016
  • La tenture de l'Apocalypse d'Angers examinée sous toutes les coutures

    Mal accrochée? Mal éclairée? Trop empoussiérée? L'Etat a entamé une "autopsie" de la tenture de l'Apocalypse, plus grande tapisserie médiévale au monde, pour mesurer les effets d'une exposition permanente de ce chef d'oeuvre du XIVe siècle dans une galerie du château d'Angers. 

    Mis à jour le 25/09/2016
les + lus
les + partagés