publicité

La journée de François Hollande à Strasbourg

Le président de la République a prononcé mardi matin un discours au Parlement européen puis a rencontré dans l'après-midi les élus locaux. Il a notamment réaffirmé son soutien au rôle européen de Strasbourg et annoncé que celle-ci obtiendra le statut d'Eurométropole.

  • MC avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
François Hollande à Strasbourg le 5 février © AFP

© AFP François Hollande à Strasbourg le 5 février

Le chef de l'Etat a passé une partie de la journée à Strasbourg. Il s'est d'abord rendu au Parlement européen pour prononcer un discours devant les parlementaires. Il a ensuite rencontré Moncef Marzouki, le président de la République de Tunisie. François Hollande a achevé sa visite par une intervention à l’hôtel de ville pendant laquelle il a réaffirmé son soutien au rôle européen de Strasbourg et annoncé que celle-ci obtiendra le statut d'Eurométropole. Ce projet pourrait se réaliser dans le cadre de la loi sur la décentralisation.

François Hollande à la mairie de Strasbourg

Le reportage de C. Kellner - P. Dezempte - J. Rigaud - A. Faust. Interview : Roland Ries, sénateur-maire (PS) de Strasbourg

La journée de François Hollande en quatre photos




Hollande sur le budget UE : faire des économies oui, affaiblir l'économie non

Le président français François Hollande a affiché mardi sa volonté d'un "compromis raisonnable" sur le budget européen, à deux jours d'un sommet menacé d'un nouvel échec tant les positions des Etats restent éloignées. "Ma position s'énonce simplement: faire des économies oui, affaiblir l'économie, non", a asséné M. Hollande devant le Parlement européen à Strasbourg, avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement qui s'ouvre jeudi pour deux jours à Bruxelles. "Un compromis est possible mais il doit être raisonnable et donc il va falloir raisonner ceux qui veulent amputer le budget européen au-delà de ce qui peut être accepté", a prévenu le chef de l'Etat français. Après un premier sommet en novembre qui s'était soldé par un échec, les Européens continuent de se déchirer entre partisans d'une politique privilégiant croissance et solidarité, comme la France, et partisans de coupes franches dans les dépenses, comme la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les pays nordiques et les Pays-Bas. Quelques jours après son discours sur l'Europe à Londres, dans lequel il a exigé des réformes de l'UE et annoncé la tenue d'un référendum après 2015, le Premier ministre britannique David Cameron figurera de nouveau au nombre des dirigeants qui exigent des coupes supplémentaires dans le budget 2014-2020.

 A ceux qui estiment qu'un compromis sera "difficile, voire impossible" en raison de la position intransigeante de M. Cameron, M. Hollande a lancé: "Pourquoi un pays pourrait-il décider à la place des 26 autres"?  Tout en assurant qu'il venait à Bruxelles "chercher un accord", M. Hollande a rejeté les coupes budgétaires qui finissent par mettre en cause la croissance". Il a aussi reconnu que la Politique agricole commune (PAC), dont la France est le principal bénéficiaire, allait "voir ses crédits diminuer par rapport aux propositions de la Commission européenne". "Cela engendrera nécessairement des restructurations difficiles dans un secteur essentiel pour nos territoires", a-t-il souligné. En cas de nouvel échec, les Européens devraient se contenter d'un budget annualisé et plusieurs pays, dont l'Allemagne, se verraient privés d'une partie de leur rabais. Londres en revanche pourrait garder le sien, obtenu en 1984 et inscrit dans les traités. 

François Hollande au Parlement européen

Le reportage de F. Scholler - W. Torn. Interview : Joseph Daul, député européen, président Parti Populaire Européen



Alors que la France et l'Allemagne ne sont pas parvenus à une position commune, le chef de l'Etat français et la chancelière allemande Angela Merkel vont se rencontrer mercredi soir à Paris pour tenter de rapprocher leurs vues. La discussion sur le budget débutera jeudi sur la dernière proposition de compromis mise sur la table en novembre par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy: un budget de 973 milliards d'euros, soit 1,01% du PIB européen, ce qui représente déjà une réduction de 77,4 milliards par rapport aux demandes de la Commission européenne. Plus généralement, le président français a estimé mardi que "l'intérêt national est en train de prendre le pas sur l'intérêt européen". "Ce qui nous menace n'est plus la défiance des marchés, mais c'est celle des peuples", a-t-il lancé. "L'Europe ne peut pas être une addition de nations, chacune venant chercher dans l'Union ce qui lui serait utile pour elle et elle seule". Il a aussi estimé que l'euro "ne peut fluctuer selon les humeurs du marché", au risque de mettre en danger les efforts de compétitivité des pays de la zone euro, et qu'il faut "réfléchir à la place de notre monnaie dans le monde".

L'Europe "laisse sa monnaie, l'euro, vulnérable à des évolutions irrationnelles dans un sens ou dans un autre", a souligné M. Hollande dans son discours. "Une zone monétaire doit avoir une politique de change sinon elle se voit imposer une parité qui ne correspond pas à l'état réel de son économie", a-t-il dit. Trois jours après son déplacement au Mali, où il a été accueilli en "libérateur", le chef de l'Etat français a été salué pour son engagement dans le pays. Présent dans l'hémicycle, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a "rendu hommage au courage et à la détermination de la France". Paris est engagée militairement depuis trois semaines dans le pays, mais avec un soutien européen jugé timide par de nombreux observateurs. "La France est intervenue au Mali au nom de la communauté internationale, au nom de l'Europe, non pas pour défendre un intérêt", a déclaré M. Hollande, en soulignant que la sécurité, la stabilité et le développement du Mali n'était plus de la seule responsabilité de la France mais "de toute l'Europe".

Copé dénonce "l'absence de souffle et de vision" de Hollande à Strasbourg

Jean-François Copé, président de l'UMP, estime que "le premier discours de François Hollande devant le Parlement européen ne marquera pas les esprits" car "l'absence de souffle et de vision sont patents". "Une fois encore, François Hollande s'est montré davantage spectateur et commentateur qu'acteur, restant constamment dans l'analyse. Dire que +l'intérêt national est en train de prendre le pas sur l'intérêt européen+ est juste, mais quelle est la voie proposée pour dépasser cette situation?", s'est interrogé mardi M. Copé, dans un communiqué. "Comment rapprocher les citoyens européens de l'Europe? Pourquoi la réforme des institutions n'a-t-elle pas été abordée? Comment sortir de l'impasse sur la question du budget pluriannuel? Pourquoi l'Europe de la Défense n'a-t-elle jamais été mentionnée? Force est de constater que la France a perdu le rôle moteur qu'elle jouait en Europe sous la présidence de Nicolas Sarkozy", a-t-il également affirmé.

Selon le président de l'UMP, "François Hollande, en fissurant le couple franco-allemand, a pris la lourde responsabilité de casser le seul moteur possible pour l'Europe. La France est isolée sur la question budgétaire, et les convergences entre la Grande-Bretagne et l'Allemagne sur cette question sont une réponse aux manoeuvres calamiteuses du président français pour isoler nos amis allemands au mois de juin dernier". Jean-François Copé constate que "la France est isolée, aussi, au Mali. François Hollande n'a pas osé dire les choses clairement devant les eurodéputés avec le souci évident de ne mécontenter personne. Pourtant, l'absence de l'Europe dans ce conflit remet en cause l'idée même du projet européen. L'Union européenne ne pe

L'intégralité du discours de François Hollande au  Parlement européen

L'intégralité du discours au Parlement européen

 La conférence de presse avec Martin Schulz

Conférence de presse à l'issue du Conseil européen

Un président peut en cacher un autre…

Moncef Marzouki, chef de l'Etat tunisien, était lui aussi à Strasbourg mardi. Il connaît bien la ville, pour y avoir fréquenté les bancs de la Faculté de médecine. Il y est d'ailleurs retourné aujourd'hui.
 

Un président peut en cacher un autre

 

L'actu de votre région en vidéo

Les détails de la visite du dalaï lama à Strasbourg dévoilés ce lundi

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, sera accueilli à Paris puis dans la capitale alsacienne du 12 au 18 septembre pour une série de rencontres, de conférences et d'enseignements à l'occasion de sa première visite en France depuis 2011.

Caroline Moreau

Lire l'article
Les détails de la visite du dalaï lama à Strasbourg dévoilés ce lundi
les + lus
publicité
Vos JTLe 12/13Le 19/20
Les locales : Haute-Alsace - Route 67
François Hollande à Strasbourg
Résumé de la journée de François Hollande à Strasbourg