publicité

Oltingue : réunion de néonazis samedi soir, le village consterné

Prétextant un anniversaire, sans autre précision, plus de deux cents néonazis se sont rassemblés au début du week-end de Pâques à Oltingue pour une "soirée privée" destinée à fêter l'anniversaire de la naissance d'Hitler.

  • avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
Le flyer annonçant le rassemblement

Le flyer annonçant le rassemblement

Ce rassemblement "à caractère néonazi" a réuni samedi soir plus de 200 personnes venues de France et d'Allemagne, mais aussi d'Italie, dans une salle communale de ce village situé près des frontières suisse et allemande, louée pour l'occasion, a indiqué la gendarmerie locale. 

Cette soirée "de concert" néonazie était organisée la veille du 125e anniversaire de la naissance d'Hitler, le 20 avril 1889. Les organisateurs avaient obtenu l'accord du maire de cette commune de 700 habitants, proche de Bâle, pour louer cette salle, afin de fêter "un anniversaire, sans plus de précision", a-t-on indiqué.

Retour sur le rassemblement néonazi à Oltingue

Le reportage de B. Sidibe - J. Roché - X. Chatel. Interview : André Sherrer, maire d'Oltingue



"Le maire d'Oltingue n'était pas au courant du caractère néonazi de la réunion. Il avait loué la salle sans connaître les objectifs des organisateurs", a-t-on ajouté de même source. Les gendarmes ont indiqué avoir été informés le soir-même, après avoir reçu un premier renseignement côté français, corroboré par des informations des autorités allemandes. "Tout s'est su dans la soirée. Quand nous sommes arrivés les gens étaient déjà installés", ont-ils expliqué. Les gendarmes disent avoir assuré "une présence aux abords du village et à l'extérieur de la salle des fêtes" sans effectuer aucun contrôle d'identité. "Nous n'avions pas de raison d'intervenir, car cela n'aurait fait qu'envenimer les choses et n'aurait pas été dans l'intérêt de l'ordre public", ont-ils souligné. "Sur le plan de la base légale, il aurait été compliqué de faire annuler la soirée. Le but était de préserver le calme et la tranquillité dans le village", ont-ils ajouté. 

Contactée par l'AFP, la mairie d'Oltingue semblait débordée d'appels mercredi matin, et le maire, André Scherrer, n'était pas joignable. "On s'est fait avoir et je le regrette", a-t-il indiqué aux media locaux. La soirée en question avait été annoncée plusieurs mois à l'avance, notamment via internet. Un tract annonçait la venue de plusieurs groupes de rock, mais sans préciser jusqu'au dernier moment le lieu de rendez-vous, renvoyant à une simple adresse électronique. Des néonazis allemands ont déjà profité par le passé de la législation française, moins stricte que celle de l'Allemagne, pour organiser de tels rassemblements dans l'Est de la France.

Karoutchi écrit une lettre ouverte à Valls

Roger Karoutchi, vice-président de l'UMP, a écrit mercredi une "lettre ouverte" à Manuel Valls pour lui demander comment des néo-nazis allemands avaient pu fêter l'anniversaire d'Adolf Hitler en Alsace sans être inquiétés par les gendarmes. "Une réunion regroupant 200 néo-nazis essentiellement allemands s'est tenue dans un village français" du Haut-Rhin, Oltingue. Cette soirée était donnée en l'honneur de l'anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler, avec chants et musique", dénonce M. Karoutchi dans cette lettre au Premier ministre dont une copie a été remise à l'AFP.

Le sénateur des Hauts-de-Seine précise que "la mairie de la commune a été abusée et ne savait pas quel était l'objet de la réunion lorsqu'elle a accordé la salle". "En revanche, il apparaît que les autorités allemandes ont prévenu les autorités françaises qui ont diligenté sur place un peloton de gendarmerie qui n'est pas intervenu, ses responsables affirmant qu'il s'agissait d'une réunion à caractère privé qui n'a pas donné lieu à un trouble à l'ordre public", poursuit-il. "Ainsi donc nous votons un arsenal législatif toujours plus important par rapport à une expression discriminante quelle qu'elle soit et 200 nazis peuvent impunément fêter Hitler dans une salle publique d'une commune de France !", s'indigne M. Karoutchi. Il demande au Premier ministre "si les autorités allemandes (avaient) prévenu les autorités françaises" et pourquoi "cette réunion n'a pas été interdite avant qu'elle ait lieu ou au moment même de son déroulement si des forces de gendarmerie étaient sur les lieux".

"A quelques jours des commémorations du 8 Mai, du Débarquement du 6 Juin ou de l'Appel du 18 Juin, l'incompréhension et l'amertume l'emportent", affirme-t-il. "Faut-il compléter les textes ? En sommes-nous arrivés à un tel magma législatif qu'en réalité, nos textes sont inapplicables ? En tout état de cause, il paraît inacceptable d'être doté d'un tel arsenal législatif pour que de telles manifestations puissent avoir lieu sur le territoire français", ajoute-t-il. Plus de deux cents sympathisants néonazis se sont rassemblés au début du week-end de Pâques en Alsace, dans l'est de la France, pour une "soirée privée" à la veille du 125e anniversaire de la naissance du dictateur nazi, le 20 avril 1889.

L'actu de votre région en vidéo

Académie de Strasbourg : une première rentrée pour 900 enseignants

La rentrée scolaire aura lieu jeudi 1er septembre pour dix millions d'élèves en France. Et la veille, les professeurs retrouveront les établissements. Ce sera pour certains d'entre-eux la toute première rentrée en tant qu'enseignants.

© France 3 Alsace

Lire l'article
Académie de Strasbourg : une première rentrée pour 900 enseignants
les + lus