Alain Rousset " inquiet " de la réforme sur la décentralisation

Le président de l'Association des régions de France (ARF) Alain Rousset (PS), s'est déclaré mercredi " inquiet " du projet de loi de la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu réformant la décentralisation, regrettant son manque de " clarification ".

  • Avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
© France 3 Aquitaine

© France 3 Aquitaine

" Le texte de Marylise Lebranchu nous inquiète. En particulier le fait que l'on ne réponde pas clairement à la question +qui fait quoi+ ", a affirmé le président de la région Aquitaine, invité de l'Association des journalistes parlementaires (AJP).
" Je regrette que les choses ne soient pas clarifiées. Il faut nous faire confiance ", a ajouté le président de l'ARF.
Le projet de loi de Mme Lebranchu, présenté comme l'acte 3 de la décentralisation,qui devrait être examiné au Conseil des ministres le 27 mars ou le 3 avril, répond à l'un des 60 engagements de campagne de François Hollande.
Le chef de l'Etat, en octobre dernier, avait déclaré qu'il fallait " changer la répartition des compétences " entre les pouvoirs publics, nationaux et locaux, ainsi
que " la gouvernance de nos territoires ". " L'objectif, c'est d'identifier clairement la collectivité responsable d'une politique ", en désignant systématiquement " un chef de file ", avait-il en particulier noté.
Alain Rousset, justement, a souhaité que " soit formalisé, dans la loi, ce qu'est un chef de file ".
Pour le président de l'ARF, " il y a, culturellement, en France, la crainte d'avoir des régions fortes, des féodalités " mais, a-t-il insisté, " pour moderniser le tissu industriel, tous les pays européens se sont servis de leurs régions ".
Concernant la baisse annoncée des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales, Alain Rousset a par ailleurs indiqué que " les régions ne se laisseront pas faire sans combattre ", même s'il a reconnu " comprendre qu'il fallait redresser les comptes publics ".
Il a de ce point de vue remarqué que la région était la structure " la plus jeune mais aussi la plus garrottée ".
  • Juppé : "accueillir les demandeurs d'asile"

    Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France, en indiquant que lui-même s'opposerait, sur cette question, au Front national, au sein du conseil municipal qu'il préside.

    Mis à jour le 27/09/2016
  • Primaires : l'écart Juppé-Sarkozy fond

    La tendance se confirme : l'écart entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se resserre pour la primaire de la droite devant désigner le candidat à l'élection présidentielle de 2017. Le maire de Bordeaux ne devançant plus que de quatre points sur l'ancien chef de l'Etat.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Bayrou salue l'attitude de Juppé contre l'hystérisation du débat politique

    A l'ouverture de l'université d'été de son parti à Guidel (Morbihan), François Bayrou, président du MoDem, a estimé vendredi qu'Alain Juppé avait "une attitude extrêmement courageuse" dans son refus de l'hystérisation du débat politique.

    Mis à jour le 24/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Cadaujac : les riverains veulent diminuer la vitesse sur l'A62

Les riverains de Cadaujac demandent une réduction de la vitesse sur l'A62 qui la traverse, pour limiter le bruit. Les élus ont voté favorablement mais attendent toujours une réponse de la Préfecture. Un reportage de Gilles Coulon.

les + lus
les + partagés