Grève dans le contrôle aérien : une trentaine de vols annulés

Le trafic risque d'être fortement perturbé à compter de demain, mardi (voir ci-après les vols annulés), ceci pendant trois jours. Les syndicats majoritaires appellent à la grève pour contester le projet européen de libéralisation du contrôle aérien. La sécurité serait en cause.

  • Par Bertrand Lerossignol
  • Publié le , mis à jour le
© Stuck in Customs/CC

© Stuck in Customs/CC

La Direction Générale de l'Aviation Civile a demandé aux compagnies aériennes de réduire de 50% le flux des vols dans l'espace aérien français. Mardi, les contrôleurs aériens se mettent en grève, quatre des syndicats majoritaires dans la profession ont déposé un préavis de grève vendredi dernier.

Une trentaine de vols annulés

MARDI 11/06 arrivants à Bordeaux :
  • de Strasbourg (8h05, 16h15)
  • de Lyon (8h10, 10h00, 20h00 et 20h20)
  • de Bruxelles (12h35,)
  • d'Amsterdam (13h25, 22h15)
  • de Liverpool (15h45)
  • de Bristol (16h05)
  • de Bâle Mulhouse (16h40)
  • de Lille (18h05)
  • de Barcelone (18h35)
  • de Nice (19h10, 22h00)
MARDI 11/06 au départ de Bordeaux vers:
  • Bruxelles (6h50)
  • Strasbourg (8h40, 16h50)
  • Lyon (8h40,13h10,20h50)
  • Amsterdam (14h00)
  • Lille (14h45)
  • Liverpool (16h15)
  • Barcelone (15h45)
  • Bristol (16h35)
  • Bâle Mulhouse (17h10)
  • Nice (18h40, 19h35)
Pour de plus amples informations, les passagers sont invités à consulter leurs compagnies aériennes ou le site de l'aéroport de Bordeaux en temps réel. Des retards sont aussi à prévoir si votre vol n'est pas annulé....

De fortes perturbations.

Ce n'est pas comme les pour les pilotes qui peuvent se déclarer en grève au moment de l'embarquement dans l'avion, ce qui est fort désagréable quelque fois. Les contrôleurs aériens doivent donner leur choix dès la prise de service. Donc, il est possible pour les autorités aéroportuaires de gérer le service du contrôle avec des non-grèvistes. La DGAC a tout de même anticipé en faisant cette demande aux compagnies aériennes.

Les syndicats contre le projet européen d'harmonisation.

Toujours sous le principe d'un libéralisme effréné, les institutions européennes envisagent une libéralisation du secteur du contrôle aérien. Mais en France, la résistance risque d'être plus forte, en effet, le contrôle aérien est un service public fort. Dans l'acception que les consignes de la DGAC sont interprétées comme des consignes à respecter en priorité. Les syndicats craignent les effets pervers du libéralisme dans la profession, une dégradation des conditions de travail, de rémunération, instiller des notions de productivité et de rentabilité.

Alors que le trafic aérien est en croissance constante, que l'usage de l'avion s'est démocratisé, ces notions économiques ne peuvent pas être placées devant l'impératif de sécurité. Or la sécurité est une notion qui ne souffre pas l'approximation selon les syndicats.
  • Chronique du ciel. La genèse du Rafale

    À lire sur Franceinfo - Après plusieurs années de rudes négociations entre Paris et New Delhi, le gouvernement indien a approuvé mercredi soir l'achat à la France de 36 avions de combat Rafale du groupe Dassault. Ce contrat de près de 8 milliards d’euros est l'une des plus grosses commandes à l'exportation.
    Mis à jour le 25/09/2016
  • Rafale : après l'Inde, la Malaisie ?

    Eric Trappier, le PDG du groupe Dassault, veut croire que la vente de 36 avions Rafale à l'Inde va ouvrir la voie à d'autres succès. En Asie, la Malaisie pourrait être intéressée. 

    Mis à jour le 23/09/2016
  • Contrats Rafale avec l'Inde : c'est signé !

    New Delhi vient de signer l'achat de 36 avions de chasse Rafale avec le constructeur Dassault. Un contrat de près de huit milliards d'euros. Les retombées économiques seront importantes dans la région où le secteur aéronautique occupe une place de premier rang.

    Mis à jour le 23/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Cadaujac : les riverains veulent diminuer la vitesse sur l'A62

Les riverains de Cadaujac demandent une réduction de la vitesse sur l'A62 qui la traverse, pour limiter le bruit. Les élus ont voté favorablement mais attendent toujours une réponse de la Préfecture. Un reportage de Gilles Coulon.

les + lus
les + partagés