Les bienfaits du pastoralisme en Dordogne

Alors que l'élevage ovin est en déclin dans le département, le pastoralisme des brebis compte des adeptes sans que cette pratique ne rentre en concurrence avec l'agriculture.

  • C.O
  • Publié le , mis à jour le
© Alfred Brumm

© Alfred Brumm

En moins de 48h une centaine de brebis est capable de débroussailler un hectare de terre. L'intérêt du pastoralisme est donc évident. Et dans le sarladais, il fait des adeptes.

"Les sous-bois étaient encombrés. On ne voyait plus la lisière opposée. Maintenant on la voit" raconte Thierry Delpech, berger à Proissans.


La brebis débrousaille, tout simplement. Ainsi elle permet d'entretenir des sols qu'ils soient destinés à l'arboriculture ou à l'hôtellerie.

"Les moutons nous aident à entretenir les parcelles dans les noyeraies mais aussi dans les bois. La transhumance aujourd'hui est importante car je veux restaurer du petit patrimoine enfouit dans ces bois de pierres sèches", explique Marie-Rose Ampoulange propriétaire du Domaine de la Rhonie à Meyrals.


L'intérêt de pratiquer le pastoralisme en Dordogne est lié au fait qu'il n'y a pas de montagne et donc pas de changement de températures d'une zone à l'autre. Ainsi les troupeaux peuvent aller et venir toute l'année. 

Voyez le reportage de Bruno Ardouin et Jean-Louis Zahnd :
Les bienfaits du pastoralisme en Dordogne

 

  • Herqueville (27) : le jardin secret de Louis Renault

    L'inventeur et constructeur automobile Louis Renault s'intéressait de près au travail dans les fermes. Il a acquis près de 2000 hectares près du Vaudreuil. Cette histoire est racontée dans un livre

    Mis à jour le 26/09/2016
  • La teurgoule, le dessert normand

    On pourrait la prendre pour un simple riz au lait mais il n'en est rien : la Teurgoule c'est une tradition. La 38ème édition du concours national de Teurgoule s'est déroulée à Houlgate. Pour l'emporter il fallait proposer dans sa jatte en terre cuite un dessert au vrai goût d'autrefois
    Mis à jour le 26/09/2016
  • La tenture de l'Apocalypse d'Angers examinée sous toutes les coutures

    Mal accrochée? Mal éclairée? Trop empoussiérée? L'Etat a entamé une "autopsie" de la tenture de l'Apocalypse, plus grande tapisserie médiévale au monde, pour mesurer les effets d'une exposition permanente de ce chef d'oeuvre du XIVe siècle dans une galerie du château d'Angers. 

    Mis à jour le 25/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Lot-et-Garonne : les futurs agriculteurs apprennent à protéger les abeilles

Au lycée agricole de Nérac dans le Lot-et-Garonne, les lycéens ont des cours qui leur permettent d'en apprendre un peu plus sur le fonctionnement des abeilles... et la nécessité de les protéger.

J. Daguenet, M Vouzeleaud

© France 3 Aquitaine

les + lus
les + partagés