Les revenus des agriculteurs plus faibles que prévus

L'INSEE a revu ses prévisions à la baisse en ce qui concerne les revenus moyens des agriculteurs français en 2013. Le recul de 18,7% annoncé en décembre, s'élève finalement à 21,4% selon une dernière étude. Soit un revenu moyen par actif non salarié de 27 900 euros contre 35 900 euros en 2012.

  • Par CA
  • Publié le , mis à jour le
© F3 Aquitaine

© F3 Aquitaine

Ce sont, sans surprise, les petits exploitants les plus touchés. Et particulièrement les producteurs de céréales, de porcins et de volailles.

Après trois années de croissance, 2013 marque un coup d'arrêt qui sera difficile à surmonter pour les plus petites exploitations. D'autant que les coûts des produits annexes, tels les engrais et pesticides, sont, eux, en forte hausse.

"On a dû augmenter la production pour compenser le manque à gagner. Ça veut dire plus de travail, plus de stress. On est obligés d'en faire plus, toujours plus pour essayer de joindre les deux bouts" témoigne un producteur de maïs landais.

En dix ans, un quart des exploitations agricoles ont disparu en France. 

Les revenus des agriculteurs chutent de 21,4% en 2013

Reportage dans les Landes








  • Le veau sous la mère, une tradition bien ancrée en Corrèze

    Le veau sous la mère est reconnu indiscutablement pour ses qualités gastronomiques. Ce type d'élevage est-il toujours autant pratiqué Corrèze. Les consommateurs apprécient-ils toujours ce savoir-faire ? La filière est-elle toujours aussi florissante ? France 3 Pays de Corrèze a mené l'enquête. 

    Mis à jour le 29/09/2016
  • Le projet d'extension d'une porcherie suscite des inquiétudes au Fel dans l'Aveyron

    Au Fel, dans le Nord-Aveyron, un projet de porcherie industrielle suscite l'opposition de certains habitants des communes voisines. Ils craignent notamment les nuisances olfactives liées aux épandages et les risques de pollution. L'agriculteur, lui, s'estime freiné dans son projet de développement.

    Mis à jour le 29/09/2016
  • Fièvre catarrhale : la filière bovine peine à exporter

    Depuis septembre 2015 et le premier cas de fièvre catarrhale ovine (FCO), l’exportation de broutards est en baisse en Saône-et-Loire. Un an après, les marchés perdus lors de l’épidémie n’ont toujours pas été regagnés. Les exploitants agricoles alertent le gouvernement.

    Mis à jour le 29/09/2016
les + lus
les + partagés