L'inscription en maison de retraite facilitée grâce au site ViaTrajectoire.fr

Fini les innombrables formulaires à remplir et à envoyer, fini le casse tête des recherches... désormais les 500 ephad d'Aquitaine sont regroupés sur un même site : ViaTrajectoire. On peut les choisir en fonction de nombreux critères et s'inscrire en un seul clic.

  • Par CA
  • Publié le , mis à jour le
Faire sa demande d'admission en maison de retraite en ligne est désormais possible grâce à ce portail internet développé dans la plupart des régions de France. ViaTrajectoire répertorie et décrit toutes les structures d'accueil existantes.

Ainsi chacun peut faire son choix en fonction du lieu, du prix et des services proposés. Services médicaux ou services de confort (coiffeur, animations, balcons, jardin, chambres couples....).

Il suffit, sur le site, de remplir une partie administrative personnelle et de faire remplir la partie médicale à son médecin traitant, d'envoyer le tout en un clic aux établissements sélectionnés et d'attendre la réponse.

La démarche est ainsi considérablement simplifiée pour les personnes âgées et leurs familles qui devaient auparavant remplir autant de formulaires papiers que de demandes d'inscription.

Cependant le site ne garantit pas qu'une place sera disponible dans l'immédiat. "J'ai sélectionné 17 établissements pour mon père en octobre dernier" témoigne un utilisateur du site, "j'ai eu des refus, des placements en liste d'attente, et j'attends encore des réponses" explique t-il. 

L'attente va de six mois à un an environ pour une place en maison de retraite. 

Trouver sa maison de retraite en ligne, rien de plus facile

Le site Via Trajectoire répertorie les 500 maisons de retraite d'Aquitaine. Il permet de s'inscrire en quelques clics  -   - 

 

L'actu de votre région en vidéo

Cadaujac : les riverains veulent diminuer la vitesse sur l'A62

Les riverains de Cadaujac demandent une réduction de la vitesse sur l'A62 qui la traverse, pour limiter le bruit. Les élus ont voté favorablement mais attendent toujours une réponse de la Préfecture. Un reportage de Gilles Coulon.

les + lus
les + partagés