Affaire Merah : la famille Legouad accuse l'Etat

Mohamed Legouad a trouvé la mort le 19 mars 2012 à Montauban. / © France 3 Rhône-Alpes
Mohamed Legouad a trouvé la mort le 19 mars 2012 à Montauban. / © France 3 Rhône-Alpes

La famille du caporal Legouad, originaire de Meyzieu et victime de Mohamed Merah, met en cause, dans une lettre à Manuel Valls, la responsabilité de l'Etat pour "faute lourde" dans la surveillance du tueur au scooter et lui  demande une indemnisation.

Par S.M. avec AFP

"Les nombreuses défaillances des services de renseignement dans le suivi de Mohamed Merah (...) revêtent indubitablement le caractère de fautes lourdes", écrit Me Olivier Morice, avocat de la famille Legouad, dans un courrier adressé mercredi au ministre de l'Intérieur. Selon lui "les manquements graves des services de renseignement, reconnus publiquement par les pouvoirs publics, engagent inévitablement la responsabilité de l'Etat".

Un rapport de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) sur les services de renseignement a mis en exergue, en octobre 2012, des défaillances dans la surveillance du tueur à scooter de Toulouse et Montauban, fiché depuis 2006, devenu "cible privilégiée" des services en 2011. Ces derniers avaient toutefois baissé la garde, au retour de Merah du Pakistan, quelques semaines avant les meurtres de sept personnes. 

Manuel Valls a reconnu à plusieurs reprises des "dysfonctionnements" et des "fautes" dans la surveillance de Mohammed Merah. Lors de la cérémonie d'hommage à Toulouse, le 17 mars, le président François Hollande a pour sa part évoqué "des éventuels dysfonctionnements des services concernés", se demandant si "cette tragédie aurait-elle pu être évitée".

Une demande d'indemnités

Au nom des parents et des frères et soeurs de Mohamed Legouad, abattu le 15 mars à Montauban par Merah, Me Morice fait part à Manuel Valls, d'une "demande préalable d'indemnités" pour le préjudice subi. La famille Legouad n'entend "aucunement engager votre responsabilité personnelle dans cette affaire", précise Me Morice, affirmant que le ministre, sous la tutelle duquel sont placés les services de renseignement, doit répondre "des fautes de l'administration qui seraient antérieures" à la prise de fonctions du ministre.

"Si la surveillance de Mohamed Merah initiée en 2006 et intensifiée à partir de janvier 2011 n'avait pas été entachée par ces nombreuses fautes lourdes des services français", affirme l'avocat, "la commission des attentats (...) aurait très certainement pu être évitée".

"Si le ministre de l'Intérieur répond positivement, nous chiffrerons alors le montant de l'indemnité", a-t-il précisé. Dans le cas contraire, ou si le ministère de l'Intérieur laisse passer le délai légal de deux mois pour répondre, Me Morice saisira le tribunal administratif.

Sur le même sujet

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus