Vénissieux : Vers une nouvelle affaire de “faux candidats” aux municipales ?

© France 3
© France 3

Ch. Girard, candidat de l'UMP et du centre, arrivé 2ème au 1er tour des municipales partielles de Vénissieux met en cause le candidat FN, troisième. Il l'accuse d'avoir inscrit plusieurs candidats à leur insu sur sa liste. Les élections de 2014 avaient été déjà invalidées pour cette raison.

Par Philippe Bette

Le climat délétère autour des élections municipales de Vénissieux perdure. Avec cette nouvelle affaire de "faux candidats", la légalité des ces municipales partielles pourrait à nouveau être invalidée si les accusations de Ch. Girard, candidat de l'UMP et du Centre, arrivé deuxième dimanche, se trouvaient confirmées.

C. Girard avait déjà obtenu gain de cause devant le tribunal administratif et le conseil d'Etat en faisant annuler les premières élections municipales de 2014. Cette fois encore, le candidat de droite porte plainte pour "fraude électorale, faux en écriture, usurpation d'identité et abus de faiblesse". Il accuse le candidat du FN Didier Monchau d'avoir inscrit sur sa liste au moins trois personnes à leur insu. Il l'accuse nommément d'avoir reproduit les pratiques qui avaient valu à la liste identitaire de Mr Benedetti d'être rejetée par la justice administrative.
Une nouvelle affaire de faux candidats ?

Une accusation qui se double selon lui d'une suspicion de manipulation. Il y aurait d'après lui "collusion entre le FN et le Parti Communiste". Selon le candidat de la droite, les candidats qui figurent sur la liste sans l'avoir voulu "sont des communistes ou d'anciens communistes, scandalisés d'avoir été possiblement instrumentalisés" .

Outre la justice, C. Girard saisit le premier ministre et lui demande de mettre fin à "ces magouilles électorales" en transférant l'autorité de cette élection municipale au tribunal administratif pour garantir la légalité du scrutin. Il adresse par ailleurs un courrier à la présidente du FN. Il demande à Marine Le Pen de condamner "ces pratiques inacceptables" et de retirer cette liste avant le deuxième tour, prévu dimanche.
La position de C.Girard

D.Monchau conteste formellement cette présentation des faits. Il affirme avoir effectué les démarches légales auprès des personnes concernées pour qu'elles figurent sur sa liste. Les personnes mentionnées par C.Girard pour justifier sa plainte auraient donc adhéré à la liste FN en toute connaissance de cause mais elles se raviseraient aujourd'hui ,victimes d'intimidations.  
Les explications de D. Monchau (FN)
Pour Michèle Picard, maire sortante (PC), c'est "la stratégie du désespoir" : Il ne s'agirait là qu'une réaction de dépit du candidat Girard ,arrivé seulement deuxième au premier tour de ces municipales :
Réaction de Michèle Picard (PC)
    
Mr Lofti Ben Kelifa, candidat du PS, arrivé quatrième avec 15% des voix, voit dans cette procédure un esprit "revenchard" qui ne contribue pas à la mobilisation des citoyens pour ces élections.

Réaction de Mr Lofti Ben Khelifa (PS)



 



Le FN pourrait demander réparation

Le Front National se réserve "le droit de demander réparation en justice pour tout propos mensonger,diffamatoire ou injurieux" envers la liste Venissieux Bleu Marine , selon un communiqué de Christophe Boudot, le secrétaire départemental du FN du Rhône. Le FN confirme formellement que les candidats de cette liste on bien signé de leur main le document officiel de déclaration de candidature et "en double exemplaire".Ces mêmes candidats auraient, toujours selon le FN, "été importunés à leur domicile (mardi soir) pour les intimider et  leur faire changer d'avis"     

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

La boxe de rue initiée à Issoire (Puy-de-Dôme)

Près de chez vous

Les + Lus