Ain: les Tarpans, des chevaux presque sauvages sur le plateau d'Hauteville

© Arnaud Jacques- France 3 Rhône-Alpes
© Arnaud Jacques- France 3 Rhône-Alpes

Depuis quelques années, l'association Arthen-Bugerbivore est aux petits soins pour cette race de chevaux sauvages qui descendent du cheval primitif européen. Ce petit cheval a colonisé le plateau d'Hauteville où il participe à la bonne gestion écologique des lieux. 

Par Myriam Figureau

Les bénévoles de l'association Arthen le savent bien: il faut surveiller l'animal de loin. Le Tarpan, introduit dans l'Ain au début des années 90, est un cheval sauvage et doit le rester si on veut lui conserver son caractère et son patrimoine génétique.

Reconnaissables à leur robes grises avec une raie plus foncée à hauteur de la colonne et parfois des zébrures aux pattes, ces Tarpans jouent un rôle primordial pour l'écosystème. Ils ont seulement besoin d'eau et de broussailles, ce qu'ils trouvent notamment en abondance dans le marais de Vaux.

Une trentaine d'individus

Le Tarpan de l'Ain s’est développé sur trois site: le marais de Vaux, le parc de Tavassieu et le parc de la Mélogne qui accueillent entre 20 et 30 tarpans selon les années. 

Reportage Franck Grassaud et Arnaud Jacques 
Ain : les Tarpans, chevaux sauvages sous surveillance sur le plateau d'Hauteville
 

Sur le même sujet

Page sortir du 13 octobre 2017

Près de chez vous

Les + Lus