HLM de Ferney-Voltaire : 10 après, le Grenelle de l'environnement motive encore les bailleurs sociaux

Renouvellement urbain à Ferney-Voltaire (Ain)
Intervenants: Laurence Mourot et Marc Gomez, Dynacité; Pierre-Marie Philipps, adjoint au maire - France 3 Rhône-Alpes

C'était il y a 10 ans. Le Grenelle de l'environnement fixait des objectifs pour assurer un développement durable de la France. Il est un chapitre qui a bien avancé, celui des logements. La consommation d'énergie baisse dans les HLM. Exemple à Ferney-Voltaire, dans le Pays de Gex.

Par Franck Grassaud et Jean Perrier

En cette fin janvier, le quartier du Levant est peu à peu grignoté dans la poussière. Les 144 logements locatifs sociaux sont appelés à la démolition. Ils avaient été construits entre 1956 et 1962. Le bailleur social, Dynacité, n'a pas choisi la voie de la réhabilitation, mais celle de la destruction-reconstruction, pour offrir des bâtiments très efficaces au niveau énergétique, et surtout plus appropriés à la vie d'aujourd'hui.

290 logements seront reconstruits, dont 200 dédiés au locatif social.

L'ancien quartier du Levant appelé à la démolition / © France 3
L'ancien quartier du Levant appelé à la démolition / © France 3

C'est un exemple des effets du Grenelle de l'environnement. En 10 ans, les gestionnaires de HLM ont littéralement changé de politique. L'obligation de réduire la consommation d'énergie les a poussés à revoir leurs parcs en profondeur. 

Dynacité, -qui gère des logements dans l'Ain, le Rhône, l'Isère et la Saône-et-Loire-, promet encore d'investir 35 millions d'euros d'ici à 2020. Le bailleur se dit à deux pas des obligations du Grenelle. Il lui resterait 3.000 logements sur 26.500 à revoir. Essentiellement des pavillons et des collectifs avec chauffage électrique. 

Le progrès se mesure dans un autre quartier de Ferney, celui des Tattes. De l'extérieur, les immeubles respirent le neuf. Pourtant, ils ont été édifiés entre 1967 et 1975. 

Quartier des Tattes à Ferney-Voltaire / © France 3
Quartier des Tattes à Ferney-Voltaire / © France 3

La rénovation thermique exigée a été menée à terme, mais le bailleur en a profité pour refaire les façades, les "actualiser", avec des balcons en verre et un cadre paysager dans l'air du temps avec abris pour motos, vélos et même poussettes. 

Les travaux ont duré longtemps, ils ont beaucoup perturbé les habitants, mais le changement est radical. Isolation extérieure, menuiserie thermique et acoustique, changement des portes donnant sur le pallier, nouvelle ventilation, réfection des pièces humides… résultat, le confort est là. En outre, les locataires peuvent régler leur chauffage avec une vanne thermostatique, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. 

Le bâtiment est désormais étanche à l'air et cela devrait se sentir rapidement sur les charges demandés aux locataires. Dynacité évoque déjà une baisse de 15% de la consommation énergétique. 

Si tout le parc HLM n'a pas encore cette image, loin de là, les bailleurs pensent qu'ils auront atteint les objectifs du Grenelle d'ici à 2020.

Sur le même sujet

La boxe de rue initiée à Issoire (Puy-de-Dôme)

Près de chez vous

Les + Lus