Les Apprentis d'Auteuil ouvrent les portes de leur restaurant de Grenoble: La Salle à Manger

Les serveurs du restaurant La Salle à Manger des Apprentis d'Auteuil n’hésitent pas à courir en salle. / © France 3 Alpes
Les serveurs du restaurant La Salle à Manger des Apprentis d'Auteuil n’hésitent pas à courir en salle. / © France 3 Alpes

Ce mercredi 20 avril, à midi, c'était le rush à La Salle à Manger, en face de la gare de Grenoble. Ce nouveau restaurant se distingue des autres:  cuisiniers et serveurs sont tous des jeunes accompagnés par l'association les Apprentis d'Auteuil. 

Par Aurore Trespeux

Hassan est inscrit en CAP Cuisine à la Côte Saint-André. A l'origine, il était stagiaire dans le bâtiment. Mais le jeune homme préfère de loin les casseroles aux truelles. Aujourd'hui, il sert au restaurant, la trentaine d'invités de l'association les Apprentis d'Auteuil, en compagnie de trois autres stagiaires. 

Travailler avec les jeunes

Ce repas test est nécessaire pour rassurer les apprentis. Avant le coup de feu de midi, la pression monte doucement en cuisine. Pour Sylvain Dodos, le chef, il est toujours difficile de "s'adapter à de nouveaux locaux". Néanmoins, il aborde avec tranquillité cette deuxième journée avec les jeunes: "Nous sommes prêts. Hier, ils ont bien assuré, donc ça va le faire."

Les seules inquiétudes du cuisinier concernent l'avenir: "Le roulement des jeunes va s'avérer compliqué. Tous les lundis, il va falloir s'adapter à l'équipe qui arrive. Former les apprentis et leur apprendre le métier, car ils ne sont pas du milieu." Mais Sylvain oublie ses inquiétudes car ce projet est une véritable aubaine pour lui: "Il rassemble les deux choses que j'adore faire dans une cuisine: être aux fourneaux et former." 

Reportage Isabelle Guyader, Christelle Nicolas & Françoise Bernard
L'ouverture de "La Salle à Manger" à Grenoble
Intervenants: Sylvain Dodos, Chef de la "Salle à manger" ; Jérôme Barthélémy, Client et fournisseur ; Sylvestre Wozriak, Directeur territorial Apprentis d'Auteuil ; Hassan Imam, Etudiant en CAP cuisine




Un projet qui aboutit

L'association mise beaucoup sur la création de ce restaurant. Soutenue par de nombreux donateurs, elle espère rendre viable ce nouveau commerce. Il pourra accueillir une cinquantaine de personnes en salle et 70 personnes l'été grâce à sa petite terrasse. L'établissement compte aussi sur ses menus établis uniquement avec des produits locaux et à des tarifs raisonnables pour fidéliser sa clientèle.

C'est le deuxième restaurant de l'association qui ouvre en région Rhône-Alpes. Le premier connaît un grand succès à Lyon, tant auprès de la clientèle, qu'auprès des apprentis. Le directeur du territoire de l'Isère et des Pays-de-Savoie des Apprentis d'Auteuil, Sylvestre Wozniak explique: "C'est une garantie pour les jeunes de s'en sortir, car ils ont tous de grosses difficultés sociales ou familiales. Ceux de Lyon ont presque tous trouvé des emplois."

Selon Sylvestre Wozniak, c'est une belle opportunité de faire découvrir des "métiers qui n'ont pas toujours bonne réputation. Alors qu'ils offrent une sécurité financière, que les débouchés sont nombreux et qu'ils permettent même de travailler à l'étranger, malgré une qualification modeste, au départ." 

Interview
Interview du Directeur territoire Isère et Pays de Savoie pour les Apprentis d'Auteuil
Intervenant: Sylvestre Wozniak, Directeur territoire Isère et Pays de Savoie pour les Apprentis d'Auteuil
D'un point de vue humain, la restauration permet aussi aux jeunes d'évoluer. Car "cette profession demande beaucoup de rigueur, il faut respecter les consignes, les collègues, les clients. Tout en supportant le stress du service et en se montrant résistant physiquement", rajoute le chef.

"La principale difficulté reste la vie très compliquée de certains jeunes. Par exemple, il peut arriver que l'un d'entre eux vienne travailler le matin, mal habillé, mal réveillé et sans avoir pris sa douche. Il faut donc gérer la situation. Nous les aidons donc parfois d'un point de vue sanitaire mais également pour qu'ils trouvent un logement", complète Sylvestre Wozniak.

Sur le même sujet

Plus de 300 brebis viennent en aide aux espaces naturels sensibles

Près de chez vous

Les + Lus