Les amiantés d'Annonay seront indemnisés pour le préjudice d'anxiété

Lors de l'audience en mai 2014 à Annonay. / © France 3 Rhône-Alpes
Lors de l'audience en mai 2014 à Annonay. / © France 3 Rhône-Alpes

Quarante-neuf anciens salariés de RVI Annonay, devenu entre-temps Iveco bus, seront indemnisés pour le préjudice "anxiété" du fait de leur exposition à l’amiante. Ainsi en a décidé la cour de cassation la semaine dernière.

Par Daniel Pajonk

Michel Dorel l'a appris par mail la semaine dernière juste avant de se rendre à l'assemblée générale de l'association locale de défense des victimes de l’amiante Drôme-Ardèche qu'il préside. La cour de cassation a rejeté le pourvoi d'Iveco formulé contre une décision de la Cour d’appel de Nîmes. Cette dernière avait condamné le constructeur d'autocars et autobus à indemniser les quarante-neuf salariés. Qui avait saisi la haute juridiction. " Mais la cour de cassation, précise Michel Dorel, a jugé qu’aucun des arguments soulevés par l’employeur n’était de nature à revenir sur cette décision favorable aux salariés."  Pour Me Camille Lasoudris, l'avocate des salariés, la décision est très satisfaisante : " on voit même que les pourvois ne sont pas étudiés sur le fond."
Les salariés devraient toucher des indemnités comprises entre 5 000 et 20 000 euros, selon le nombre d'années passées au contact de l'amiante. 
Par ailleurs, le 12 janvier dernier, la cour administrative d'appel de Lyon a classé le site de RVI Vénissieux site amiante pour la période 1964-1996. Après le succès de la procédure engagée par les salariés d'Annonay, des demandes de reconnaissance de préjudice anxiété sont sur le point d'être déposées. 


Sur le même sujet

Incendie aux Ets Vachez à Salaise-sur-Sanne

Actualités locales

Les + Lus