Brice Hortefeux : “Wauquiez, une chance pour Les Républicains”

Brice Hortefeux, vice-président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé jeudi 14 septembre que Laurent Wauquiez, favori pour la présidence de son parti, était "une chance pour les Républicains", mouvement dont la vocation est de "construire une droite forte, populaire et sociale". / © MIGUEL MEDINA / AFP
Brice Hortefeux, vice-président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé jeudi 14 septembre que Laurent Wauquiez, favori pour la présidence de son parti, était "une chance pour les Républicains", mouvement dont la vocation est de "construire une droite forte, populaire et sociale". / © MIGUEL MEDINA / AFP

Brice Hortefeux, vice-président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé jeudi 14 septembre que Laurent Wauquiez était "une chance pour les Républicains", mouvement dont la vocation est de "construire une droite forte, populaire et sociale".

Par AFP

Brice Hortefeux, vice-président (LR) du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé jeudi 14 septembre que Laurent Wauquiez, favori pour la présidence de son parti, était "une chance pour les Républicains", mouvement dont la vocation est de "construire une droite forte, populaire et sociale".
Après les défaites du printemps (présidentielle et législatives), "Nous devons engager la phase de reconstruction. C'est tout à fait possible, je suis très optimiste", a affirmé Brice Hortefeux, vice-président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, lors de l'émission « L'épreuve de vérité », sur Public Sénat, avec l'AFP, Radio classique et les Echos.

Il a gagné clairement sa région sans faire des compromis avec la gauche



Selon lui, Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'un des six candidats déclarés à la présidence de LR, dont l'élection se déroulera les 10 et 17 décembre, a "un triple avantage" : "Il incarne le renouvellement, il a 42 ans, il a un cursus très impressionnant (ndlr diplômé de Sciences-Po, agrégé d'histoire, énarque), en même temps, il a une expérience politique, de ministre et de président de région" (Auvergne-Rhône-Alpes).

"Il a gagné clairement sa région sans faire des compromis avec la gauche", a ajouté M. Hortefeux, dans une allusion à Xavier Bertrand et Christian Estrosi, respectivement présidents des Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, tous deux très critiques envers M. Wauquiez et qui avaient gagné leur région face au FN en 2015 grâce à l'apport des voix PS.
"Notre devoir doit être de construire une grande famille de la droite forte, populaire et sociale. Je tiens aux trois, je pense qu'il n'y a pas l'un sans les autres", a-t-il affirmé.

Selon lui, "Une droite forte est une droite qui fait respecter l'autorité de l'Etat - ce gouvernement ne le fait pas - une droite populaire est beaucoup plus offensive sur les questions régaliennes que ne le fait le gouvernement - sur les questions d'immigration, de sécurité, de justice - enfin une droite sociale, parce qu'on voit bien ce qui se passe avec ce gouvernement, on voit bien que les retraités sont et seront la cible de ce quinquennat".
"Donc nous devons défendre les classes moyennes, protéger les retraités et reconstruire une politique familiale", a-t-il insisté. M. Hortefeux a également estimé que "la loi de moralisation de la vie publique était une loi qui conduira à réserver l'engagement politique uniquement aux riches, aux retraités, et fera fuir les meilleurs. Ce n'est pas un progrès".

Enfin, à propos du Premier ministre Edouard Philippe, issu de LR, il a affirmé: "Je ne peux pas dire que je suis épaté" par ce qu'il fait, "le Premier ministre a un double prénom, il faut qu'il se fasse un nom".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Cybercriminalité : les entreprises sensibilisées à Clermont-Ferrand

Près de chez vous

Les + Lus