Le député M'jid El Guerrab change de commission à l'Assemblée nationale

Malgré sa mise en examen, le député LREM de la 9e circonscription des Français de l'étranger (Maghreb et Afrique de l'ouest francophone) change de commission à l'Assemblée. / © Martin Bureau/AFP
Malgré sa mise en examen, le député LREM de la 9e circonscription des Français de l'étranger (Maghreb et Afrique de l'ouest francophone) change de commission à l'Assemblée. / © Martin Bureau/AFP

Le député La république en marche M'jid El Guerrab, actuellement mis en examen, a été nommé membre de la commission de la Défense de l'Assemblée. Accusé de « violences volontaires » sur le responsable socialiste Boris Faure, l'Aurillacois venait de démissionner de la commission des Finances.

Par Valentin Pasquier avec AFP

Actuellement mis en examen pour « violence volontaire », le député de la République en marche M'jid El Guerrab a été nommé membre de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale.

Né à Aurillac en 1983, le député LREM de la 9e circonscription des Français de l'étranger, élu en juin 2017, venait justement de démissionner d'une autre commission du palais Bourbon, celle des Finances, lors de l'annonce de sa mise en examen et son départ du groupe La république en marche.

Pour rappel, M'jid El Guerrab est accusé d'avoir volontairement agressé à coups de casque Boris Faure, un responsable du Parti socialiste, le soir du 30 août 2017. L'homme vient d'être réhospitalisé pour subir une intervention chirurgicale, dûes à des complication, comme l'a annoncé le chef du groupe socialiste, Olivier Faure.




Face à sa conscience



Plusieurs responsables ont appelé M. El Guerrab à démissionner de son mandat de député. « Si j’étais lui, je serais extrêmement mal, je m’en défendrais [devant] la justice, et si la justice confirmait les faits tels qu’évoqués, tels qu’ils sont reprochés, je pense que je démissionnerais », a notamment déclaré le porte-parole du gouvernement et secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Christophe Castaner.
Richard Ferrand, président du groupe LRM à l’Assemblée, a lui estimé que M. El Guerrab était « face à sa conscience » et « ses électeurs » pour la suite de son mandat.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus