La cueillette des champignons bat son plein dans le Puy-de-Dôme

La cueillette des champignons est soumise à une réglementation en termes de quantité. / © Philippe Desmazes - AFP
La cueillette des champignons est soumise à une réglementation en termes de quantité. / © Philippe Desmazes - AFP

Depuis mi-septembre, la cueillette des champignons est une affaire qui marche dans les forêts du Puy-de-Dôme. On y croise des familles qui ramassent pour leur consommation et des ramasseurs - revendeurs, tous soumis à une réglementation stricte.

Par Cyrille Genet

"Depuis 15 jours, on assiste à une grosse pousse de cèpes" dit William Trapon, gérant de la société Trapon Champignons à Ambert, qui collecte et commercialise des champignons dans le Puy-de-Dôme, dans les Vosges et dans les Landes, "il faut faire très vite car avec des températures de 27-28 degrés c’est très rapide, surtout sous les feuillus, mais ils peuvent aussi se dégrader très vite". Dans ces conditions il n’est pas rare d’en ramasser 40 à 50 kilos par personne et par jour.

Mais c’est loin d’être le cas en Haute-Loire où les membres de l’association Champi-fruit des bois présente sur 10 communes autour de la Chaise-Dieu constatent  "qu'il n'y a pas de quoi se payer le repas du dimanche, on en voit 2-3 petits par sortie". L’explication serait liée à l’altitude et la pluviométrie, on a attend toujours de belles pluies pour voir pousser les champignons dans les bois de la Haute-Loire.

Ce qui amène la gendarmerie du Puy-de-Dôme à rappeler la législation en vigueur via facebook, peut-être pour couper l’appétit des plus gourmands, en tout cas pour éviter les dérapages : "La cueillette des champignons sauvages repose sur les dispositions du Code forestier et du Code de l’environnement. Qu’elle soit familiale ou commerciale, la cueillette est interdite sans l’autorisation du propriétaire du terrain.  Dans les bois et forêts relevant du régime forestier, un ramassage est toléré s’il n’excède pas 5 litres (jusqu’à 5 kilos). Au-delà, vous êtes en infraction et vous encourez une peine d’amende allant de 750 € à 45 000 € et de 3 ans d’emprisonnement, selon le volume ramassé, conformément aux dispositions du Code pénal relatives aux appropriations frauduleuses" écrivent les gendarmes; "En effet, si le prélèvement est supérieur à 10 litres et est commis en réunion et/ou avec destruction ou dégradation, les peines sont assimilables au vol aggravé".

 

Sur le même sujet

Le dernier acte du long combat d'ex-salariés lyonnais de SFR

Près de chez vous

Les + Lus