Le travail des hommes du PGHM a repris ce vendredi 8 septembre 2017 sur la commune de Saint-Béron, en Savoie, au niveau des gorges de Chailles. Troisième jour de recherches dans ce secteur très difficile d'accès, à quelques kilomètres seulement du domicile du principal suspect. Les enquêteurs espèrent trouver un indice, 13 jours après la disparition de la petite Maelys.

Voici une carte de la région où se concentrent les recherches depuis la disparition. Après les berges du Guiers, les étangs situés près de la salle des fête où a disparu Maelys, puis le lac d'Aiguebelette, les recherches ont débuté mercredi dans les gorges de Chailles, à une dizaine de kilomètres de Domessin où vit l'ex-militaire, principal suspect de l'enlèvement de la fillette.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Ce vendredi 8 septembre, six hommes du PGHM de Savoie, venus de Modane et de Bourg-Saint-Maurice, sont arrivés en renfort. Ils viennent prêter main forte à leurs collègues du département voisin de l'Isère. Des hommes en plus pour fouiller un secteur très compliqué : les gorges de Chailles.

"Il y a beaucoup de végétation et les pentes sont très raides" explique le commandant du PGHM de Modane. Les hommes du PGHM, déployés sur le terrain, "sont des spécialistes des interventions en montagne", poursuit le Capitaine David. Encordés, ils descendent au fond des gorges à la recherche du moindre indice.

Les hommes du PGHM se préparent à explorer les parois des gorges. Aurélie Massait - France 3 Alpes

Les hommes du PGHM travaillent avec des plongeurs, qui eux, fouillent le fond de la rivière le Guiers Vif, un affluent du Guiers.

Le canyon des gorges de Chailles, long d'environ 2,7 kilomètres est un lieu prisé pour le canyoning, plutôt dangereux d'accès pour les non-initiés mais surtout le lieu idéal pour "faire disparaitre" des indices. On y trouve aussi 2 cascades, ainsi qu'un barrage hydroélectrique.

Le canyon des gorges de Chailles Google earth

Selon des sources proches des enquêteurs, les recherches engagées mercredi pourraient être longues et durer peut-être plusieurs jours encore.