Chroniques d'en haut

Le dimanche à 12h50
Logo de l'émission Chroniques d'en haut

Bienvenue chez les Blanc

Bonneval sur Arc
Bonneval sur Arc

A 1800 mètres d’altitude, en Haute-Maurienne, Bonneval-sur-Arc est une station unique en son genre. Entre le domaine skiable et les alpages, le quotidien de l’emblématique famille Blanc jongle entre tourisme et agriculture. A voir samedi 29 novembre à 16h20.

Par Kathleen Garon

Bienvenue chez les Blanc
pour Chroniques d'en haut

Située à 1800 mètres d’altitude, dans le Parc national de la Vanoise, Bonneval-sur-Arc est une station unique en son genre. Depuis plus de 50 ans, ce village jongle entre sports d’hiver et activité agricole. Avec un domaine skiable renommé montant jusqu’à 3000 mètres d’altitude, Bonneval-sur-Arc n’est pas pour autant un rendez-vous touristique de masse. Le village a su mêler traditions et modernité, en développant un tourisme doux, géré par les villageois eux-mêmes. Valoriser son territoire et son patrimoine face à une tentation de plus en plus forte d’un développement touristique industriel : voilà un des enjeux premiers de Bonneval-sur-Arc.

Le village, nous le découvrons avec différentes générations - du grand-père au petit-fils - de la famille Blanc - patronyme que la moitié du village porte. Des pistes de ski aux alpages, d’hiver en été, le film suit le quotidien sur 3 saisons de cette famille emblématique. Tourisme et agriculture, le mariage fonctionne bien : traites, monitorat, surveillance des pistes et des troupeaux, foins… Et la jeune génération n’en manque pas un morceau. Les fils et filles alternent dès leur plus tendre enfance descentes sur les pistes et aide à la bergerie. Certains vont reprendre le flambeau, d’autres se rêvent déjà en champion de ski.

Si l’enthousiasme et la passion sont au rendez-vous, les difficultés n’en sont pas moins réelles. La tentation de l’or blanc est bien là, la réalité étant telle qu’une bergerie changée en appartement touristique serait beaucoup plus rentable. Une seconde menace rôde, presque invisible, mais dévorant petit à petit les troupeaux. Le loup ne laisse plus de répit ; sa présence oblige les éleveurs a surveillé leurs troupeaux chaque jour en été, lorsqu’ils sont dans les alpages. Un travail fatiguant, usant, qui pourrait en faire abandonner plus d’un. Mais les Blanc cultivent avec passion l’amour qu’ils ont pour leur terre et les richesses qu’elle offre. L’or blanc, ils ont su l’apprivoiser à leur manière, et les générations futures sont là pour faire perdurer ce mode de vie bonnevalien. 

Un film de 26 mn de écrit et réalisé par Brice Perrier - Coproduction : France 3 / Cocottesminute productions

A lire aussi

Feyzin : pépiniériste en zone à risques