Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Faute de conducteurs formés, la SNCF supprime vingt TER autour de Grenoble

Cette suppression est provisoire, mais pourrait se prolonger jusqu'en décembre.
Cette suppression est provisoire, mais pourrait se prolonger jusqu'en décembre.

La SNCF vient de supprimer pour la rentrée vingt TER quotidiens autour de Grenoble. Cette situation est provisoire, mais elle devrait durer environ quatre mois et pendant ce temps, les usagers devront prendre la voiture pour se rendre au travail.

Par Quentin Vasseur

Vous avez peut-être été surpris ces derniers jours en découvrant les nouveaux horaires de la SNCF, publiés le 29 août. Il manque en effet une vingtaine de trains régionaux autour de Grenoble. Certains circulaient en pleine heure de pointe, et d'autres étaient les premiers ou les derniers de la journée.

L'Association pour le développement des transports en communs, ou ADTC, a publié un communiqué mardi 30 dans lequel le groupe craint "un risque de surcharge" sur les trains précédant et suivants les liaisons supprimées, ainsi que "des difficultés pour être à l'heure à son travail." Le groupe mentionne également la suppression de trains en début et en fin de journée, ainsi que "des intervalles de 4 h sans TER sur certaines directions."

Une longue série de suppressions

"Ce sont vingt TER qui sont supprimés chaque jour sur la région grenobloise vers Saint-Marcellin, vers Saint-André-le-Gaz, vers Chambéry" regrette Emmanuel Colin de Verdière, secrétaire de l'ADTC, pour qui cette nouvelle survient après une longue série d'autres suppressions. "Au printemps, il y a eu des trains supprimés justement pour des travaux en gare de Grenoble. Il y a eu des trains supprimés déjà pour manque de conducteurs. Il y a eu les grèves, tout le printemps, et là en septembre on a ces suppressions de train prévues jusqu'en décembre au moins."

Reportage de Frédéric Lefrançois, Jean-Christophe Solari et Pierre Maillard.
SNCF : Suppression de TER
Intervenants: Emmanuel Colin de Verdière, Secrétaire ADTC

Pour expliquer ces suppressions, provisoires selon la SNCF, l'entreprise ferroviaire publique évoque un manque de conducteurs, qui s'expliquerait par plusieurs facteurs : des difficultés de recrutement, la succession de départs en retraite, ou l’arrivée de nouveaux matériels qui nécessitent des formations.

L'ADTC, pour sa part, accuse la SNCF de n'avoir pas anticipé ces problèmes d'effectifs et de n'en avoir pas informé ses usagers. Pour l'association qui milite pour un moyen de transport alternatif à la voiture, ce manque de prévoyance aura des conséquences néfastes sur le comportement des usagers, qui préfèreront prendre la route. "Le train n'est plus fiable et du coup les gens retournent à la voiture, pour ceux qui le peuvent", assure Emmanuel Colin de Verdière.

Et pour preuve: l'ADTC a reçu plusieurs courriers électroniques d'usagers mécontents qui se trouvent obligés de prendre la route. L'un d'entre eux écrit: Bonjour, je travaille à Grenoble et habite à Froges. Le train de 7:29 à Brignoud vers Grenoble a été supprimé. C'est un des plus fréquentés avec les habitants de Chambéry et du Grésivaudan. Je serai obligé de prendre ma voiture, un diesel âgé de 18 ans." 

Sur le même sujet

Aurélie Massait sur l'incendie de Bourgoin-Jallieu

Près de chez vous

Les + Lus