A Grenoble, le feu d'artifice et l'effeuillage des pompiers au bal du 14 Juillet

Le feu d'artifice au parc Mistral a précédé de peu le spectacle des pompiers.
Le feu d'artifice au parc Mistral a précédé de peu le spectacle des pompiers.

La festivités du 14-Juillet, à Grenoble, se sont terminées comme l'an dernier au Bal des pompiers, sur l'Anneau de vitesse. On pouvait y voir une foule dansante, le feu d'artifice et... des pompiers dévêtus sur scène.

Par Quentin Vasseur

"Dessapés comme jamais", aurait pu chanter Maître Gims. On a beaucoup entendu le rappeur congolais lors du Bal des pompiers, le soir du 14 juillet 2016. Les festivités, comme l'année dernière, se sont terminées par le "show" bouillant des sapeurs de Grenoble et de Seyssinet-Pariset , un "effeuillage" selon les mots d'un pompier en service au bar du bal.


Ce spectacle qui a ravi les premiers rangs était le clou d'une soirée rythmée par un jeu de cache-cache avec le soleil. Celui-ci est apparu vers 19 heures, à la fin du défilé militaire place Verdun. De quoi mettre du baume au cœur des familles venues nombreuses. Sur le chemin de l'Hôtel de Ville, où un "pique-nique citoyen" est organisé à 19H30, trois petites filles entonnent La Marseillaise.

Fichier audio

Trois petites filles chantent La Marseillaise à la fin du défilé militaire.


A la même heure, l'Anneau de vitesse qui se trouve à deux pas de là se remplit peu à peu pour le Bal des pompiers.

A la mairie, 20 heures, la fanfare se termine et l'on se rue sur les boissons proposées : mousseux, rosé, jus ou encore bière régionale, le tout sous une musique aux antipodes de ce que diffusent les enceintes du bal voisin.





Puis la pluie tombe et la place se dépeuple en partie. Les plus prévoyants sortent leur parapluie. Pour conjurer le mauvais sort, la scène joue quelques tubes ensoleillés.



Il faut attendre 21 heures pour que le Bal des pompiers s'emplisse  à nouveau. Au bar, sous le chapiteau, 80 sapeurs des casernes de Grenoble et Seyssinet-Pariset vendent boissons et repas. Une partie des bénéfices est reversée à une association de lutte contre la leucémie, le reste sert à couvrir les frais de la soirée, qui s'élèvent au total à 45.000 euros. Les deux casernes en ont financé la majeure partie (30.000 euros), le reste a été payé par la ville de Grenoble.

Le sort du feu d'artifice est longtemps resté suspendu à la météo. A 22h30, l'attente prend fin et la scène s'éteint. Au-dessus de la tour Perret, face à l'Hôtel de Ville, le ciel s'illumine soudain. Le feu d'artifice dure une dizaine de minutes. Impressionnant, mais un peu trop long au goût d'une partie du public, qui se languit du spectacle des pompiers.

 






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Polémique à Vailly

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés