Couteuges (43) : le nouveau repreneur de Cérabati à la rencontre des salariés

Rencontre des salariés de Cérabati avec le nouveau repreneur
Le 15 février dernier le groupe belge Koramic a annoncé avoir repris les activités de son concurrent Cérabati, basé à Couteuges, en Haute-Loire. Ce dernier était en redressement judiciaire depuis le 8 novembre. Intervenants : Hervé Chabrerie Président Céramiques de Haute-Loire (groupe Koramic) ; Thierry Cornern, Délégué syndical ; Eric Bezli, Secrétaire du CE - Reportage : Gérard Rivollier, Eric Taxil et Gilles Malfray

Le 15 février dernier le groupe belge Koramic a annoncé avoir repris les activités de son concurrent Cérabati, basé à Couteuges, en Haute-Loire. Ce dernier était en redressement judiciaire depuis le 8 novembre.

Par Aurélie Albert

"L'usine est sauvée ", selon les propos du député de Haute -Loire, Jean-Pierre Vigier (les Républicains), en visite aujourd'hui chez Cerabati à Couteuges. 
Le tribunal de commerce a accepté la seule offre de reprise, celle du groupe belge Koramic. Déjà bien implanté sur le territoire, avec trois sites, le groupe renforce sa présence dans le marché français par cette acquisition.
"Ce sont trois sites complémentaires en terme de savoir-faire, de technologie. Ce qui nous permet d’élargir notre offre auprès des clients et de spécialiser nos usines en fonction du type de produits", explique Hervé Chabrerie, président Céramiques de Haute-Loire (groupe Koramic).

Objectif : devenir le numéro 1 en France

Mais l’objectif pour l’entreprise est de fournir des produits d’origine France garantie, afin de réduire les importations de revêtements céramiques en France. Des importations qui représentent 85% du marché.

Un soulagement pour les salariés. "On est passé près d'une catastrophe sociale et industrielle", selon les syndicats. Le 3 novembre 2016, le groupe Cérabati avait été placé en redressement judiciaire, pour une dette de plus de 2 millions d’euros auprès de ses fournisseurs. Basé à Couteuges, en Haute-Loire, le groupe est producteur français de carrelages depuis 1864.
L’entreprise est le premier employeur privé dans le pays de Paulhaguet. Malgré tout, l’usine qui compte 87 salariés, va perdre 10 emplois, dont 5 concernent des départs volontaires ou en retraite. Au siège de Cerabati, à Lyon, 13 postes seront supprimés.

Le groupe belge emploi d’ores et déjà près de 380 collaborateurs en France et réalise un chiffre d’affaires de plus de 60 millions d’euros.

Sur le même sujet

Stages de conduite à Lempdes dans des conditions difficiles

Près de chez vous

Les + Lus