Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

La Banque Alimentaire de Haute-Loire lance un appel à l’aide

La Banque Alimentaire de Haute-Loire en grande difficulté
Le mois d'avril n'est pas terminé et les stocks sont insuffisants pour finir l'année. Les dernières collectes de novembre, à la sortie des grandes surfaces, ont été décevantes. L’association espère un sursaut du grand public. Intervenants: Roger Falcon, bénévole à la Banque Alimentaire 43 / Jean Marc Guirault, Président de la Banque Alimentaire de Haute-Loire - E. Brot-Monnier / S. Vinot

Mi-avril 2017, la Banque Alimentaire de Haute-Loire s’inquiète sur sa capacité à pouvoir répondre aux sollicitations des associations caritatives. Les stocks sont insuffisants. L’association espère un sursaut du grand public.

Par Elodie Brot-Monnier

C’est au mois de novembre que se déroule la grande collecte de la Banque Alimentaire. A cette occasion, il est fait appel à la générosité auprès du grand public pour engranger de la nourriture qui sera distribuée, tout au long de l’année, aux associations caritatives. En Haute-Loire, à la mi-avril, les stocks sont insuffisants. La Banque Alimentaire tire la sonnette d’alarme.

A Monistrol-sur-Loire et au Puy-en-Velay, deux fois par semaine, une cinquantaine d’associations bénéficie de l’aide de la Banque Alimentaire. Chaque année, ce sont près de 330.000 repas qui sont ainsi servis aux plus démunis. Depuis deux ans, les collectes auprès du grand n’ont pas tenu leurs promesses. Et pourtant les besoins sont bien réels, comme,  ce matin-là, au dépôt du Puy-en-Velay. Un jour de distribution comme les autres. Epicerie solidaire, Croix Rouge, CCAS, etc. La Banque Alimentaire ne distribue pas moins de 167 tonnes de produits divers et variés.

11 tonnes de denrées en moins



En 2016, ce sont 11 tonnes de denrées en moins qui ont été collectées par l’association, alors qu’au même moment le nombre de bénéficiaires, lui, ne diminue pas.
La Banque Alimentaire de Haute-Loire voit également le nombre des bénévoles se réduire, ce qui a des conséquences sur les collectes et la gestion des stocks. Elle espère désormais un sursaut du public afin de ne pas dépendre uniquement des dons de l’Europe, des grandes surfaces ou encore de certains industriels.


Sur le même sujet

La Banque Alimentaire de Haute-Loire en grande difficulté

Près de chez vous

Les + Lus