Exercice de sauvetage : le Samu et les pompiers de Haute-Loire s'entraînent

Les pompiers du Groupe d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) s'entraînent une fois par mois. Mardi 26 septembre 2017, ils portent secours avec le Samu de Haute-Loire à un grutier victime d'un malaise. / © G.Rivollier / France 3 Auvergne
Les pompiers du Groupe d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) s'entraînent une fois par mois. Mardi 26 septembre 2017, ils portent secours avec le Samu de Haute-Loire à un grutier victime d'un malaise. / © G.Rivollier / France 3 Auvergne

Les pompiers du Groupe d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) et le Samu de Haute-Loire ont mené, ce mardi 26 septembre, un exercice sur un chantier du Puy-en-Velay. Ensemble, ils ont porté secours à un grutier victime d'un malaise. 

Par G.Rivollier et D.Cros

Les pompiers de Haute-Loire et le SAMU ont procédé à un exercice, mardi 26 septembre, sur le chantier de contournement du Puy-en-Velay. Il s'agissait de secourir un ouvrier, victime d’un malaise, au sommet d'une grue de 41 mètres. Il fallait l’évacuer au sol pour qu’il soit pris en charge et conduit vers un centre hospitalier.

Exercice de sauvetage : le grutier victime d'un malaise est redescendu dans une coquille. / © France 3 Auvergne
Exercice de sauvetage : le grutier victime d'un malaise est redescendu dans une coquille. / © France 3 Auvergne


Pour cet exercice, les pompiers professionnels et des volontaires du Groupe d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) ont été mobilisés. Le GRIMP se compose de trente pompiers professionnels et volontaires, dont deux médecins et trois infirmières. Ils s’entraînent une fois par mois.

"Ce type d’exercice est important. Il permet de se coordonner. Il permet aussi d’être prêt le jour J si jamais il se passe quelques chose" explique le capitaine Cédric Héritier, adjoint au chef du Centre de Secours du Puy-en-Velay.

Un exercice proche de la réalité. "La difficulté de cet exercice est d’accéder à la victime pour pouvoir faire un premier bilan. L’autre difficulté, il ne faut pas que l’état de la victime ne s’aggrave et qu’il faille faire beaucoup plus vite pour évacuer la personne. Pour une intervention de ce style, il faut une heure et demie pour descendre la victime. L’intérêt est de faire monter une équipe médicale, pour médicaliser la personne en amont, qu’elle puisse être descendue en toute sérénité et sécurité" souligne Cédric Héritier.

Le GRIMP fait une quarantaine d'interventions chaque année. Les pompiers de Haute-Loire ont d'autres équipes spécialisées comme : le secours en montagne, les plongeurs, les risques technologiques ou encore le sauvetage- déblaiement.

Sur le même sujet

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus