L’euthanasie du chat Filou par la SPA de Marlioz en Haute-Savoie suscite l’émoi sur les réseaux sociaux

Photo d'illustration / © Aurore Trespeux
Photo d'illustration / © Aurore Trespeux

L’histoire suscite de vives réactions sur les réseaux sociaux. Filou, un chat errant de Seynod en Haute-Savoie a été euthanasié par la SPA de Marlioz suite à une erreur administrative, le mardi 28 février alors que son état de santé ne nécessitait pas une telle intervention.

Par France 3 Alpes

L'histoire commence dans un cabinet vétérinaire à Seynod, le 23 février. Filou, un chat sauvage noir et blanc, âgé de 10 ans souffre du genou. Très connu aux écuries de Vieugy où il a élu domicile, l’animal trouvé blessé par deux cavalières a été emmené chez le vétérinaire.

Les deux jeunes femmes ne peuvent pas prendre en charge les soins complets. Le Dr Audrey Larboulette décide donc de confier l’animal à la SPA de Marlioz après lui avoir prodigué les premiers soins. C’est la procédure dans ce genre de cas. Mais quelques jours plus tard, la praticienne apprend que l'animal a été euthanasié.

© Céline Aubert-Egret
© Céline Aubert-Egret


"Pourquoi précipiter une décision d'euthanasie sur un animal qui ne souffre pas ? Pourquoi ne pas explorer les différentes options. Il y avait encore quatre jours de plus pour trouver des options", s’interroge le Dr Labourlette.

Car Filou a été euthanasié quatre jours avant le délai légal. Une décision qui a amené la praticienne à alerter plusieurs associations de protection animale. Une annonce qui a immédiatement fait réagir sur les réseaux sociaux.


La fourrière décriée et pointée du doigt est atterrée par l'ampleur de cette affaire. Filou a été euthanasié par un vétérinaire de la SPA, qui a considéré que l'opération était trop coûteuse et délicate au regard de son âge et de sa situation de chat sauvage. Mais ce vétérinaire ne savait pas qu'il y avait encore 4 jours de délai de fourrière, et cette euthanasie est le produit d'une erreur administrative.

"On regrette surtout tout ce qui s'est passé. On a fait une erreur, c'est vrai, mais beaucoup d'autres en font. Ça peut arriver à tout le monde", se défend Monique Decoux, présidente de la fourrière/SPA de Marlioz, avant d’ajouter : "mais c'est arrivé à un point à une diffamation sur les réseaux sociaux, que l’on n’admet pas."

Cette SPA fait aussi refuge et pour cela, elle n'est pas subventionnée, elle a donc des problèmes de moyens. Elle emploie 10 personnes et ses locaux sont trop petits par rapport à la population de plus en plus importante de chats errants et abandonnés, environ 1.000 par an. Elle est donc dans une situation difficile, et réussit à placer plusieurs chats opérés qui vont être adoptés. Parmi eux des amputés, et même des aveugles. La SPA ne critique pas le vétérinaire qui a procédé à l'euthanasie de Filou, mais elle a donné son accord en suivant ses préconisations.

Néanmoins, il n'y avait pas de problème de place à l'arrivée de Filou.

Le cabinet de Seynod a saisi l'ordre des vétérinaires, car les euthanasies abusives seraient courantes dans certaines SPA. Mais la communauté de communes qui finance la fourrière de Marlioz assure que le cas de Filou est isolé.
L’euthanasie du chat Filou par la SPA de Marlioz en Haute-Savoie suscite l’émoi sur les réseaux sociaux
Intervenants :Dr Audrey Larboulette Vétérinaire ; Monique Decoux Présidente de la fourrière/SPA de Marlioz -  Equipe : Céline Aubert, Grégory Lespinasse et Clémentine Fayolle

Sur le même sujet

Menace de fermeture de la librairie Chemain à Voiron

Près de chez vous

Les + Lus