Un prêtre franc-maçon de Haute-Savoie démis de ses fonctions par le Vatican

Le père Vesin ne compte pas quitter la franc-maçonnerie. / © Serge Worreth - France 3 Alpes
Le père Vesin ne compte pas quitter la franc-maçonnerie. / © Serge Worreth - France 3 Alpes

Pascal Vesin, curé de la paroisse de Megève, a été interdit d'exercer par les hautes autorités de l'église après que ces dernières aient découvert son appartenance à une loge franc-maçonnique. Détails.

Par Sarah Rebouh

Le père Vesin est navré de devoir quitter la paroisse Sainte-Anne d'Arly-Montjoie à Megève. Ce dernier a été informé par la réception d'un courrier jeudi soir de son interdiction immédiate d'exercer. Pascal Vesin est adhérent "d'une loge du Grand Orient de France depuis 2001". 

C'est un courrier anonyme transmis en 2010 qui a éveillé les soupçons du Vatican. Le curé avait alors nié les accusations. Pascal Vesin avoue ne pas comprendre le problème mais semblait se douter depuis quelques mois de la méfiance de certains paroissiens. "Ceux qui ne sont pas d'accord avec moi ne viennent pas me le dire directement ; ils écrivent à l'évêque le plus souvent" précisait-il en janvier dernier. 

Le curé de Megève renvoyé
Intervenants : Pascal Vesin, Curé de Megève de septembre 2004 à mai 2013.

Des positions parfois décriées


Le père Vesin, 43 ans, fait partie des figures progressistes de l'église catholique française. "Fidèle défenseur de la laïcité", favorable au mariage des couples homosexuels, ce dernier était allé jusqu'à déclarer sur le sujet : "l'Église n'a pas à s'immiscer dans le temporel. Elle peut poser des questions, ouvrir le débat mais de là à manifester... Que l'Église accompagne les grands changements de société oui. Mais dans ce cas-là elle se trompe de combat". Ces déclarations allaient alors à l'encontre de la pensée générale de l'Église concernant le mariage civil des couples du même sexe.

Pascal Vesin n'a d'autres choix que de se soumettre à la décision du Vatican. Ce dernier, qui a déjà reçu des appels de paroissiens inquiets de ne pas voir la prochaine messe célébrée, n'a plus le droit d'exercer. Pourtant, son choix semble bien arrêté : il ne quittera pas la franc-maçonnerie. Il envisage de partir sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, "pour réfléchir". 

Sur le même sujet

Haute-Loire : La grogne des éleveurs contre les loups

Près de chez vous

Les + Lus