Véronique Riotton nouvelle députée de Haute-Savoie, du patinage artistique à l'Assemblée Nationale

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Elle est la tombeuse des Républicains dans la 1ere circonscription de Haute-Savoie, jusque-là tenue par Bernard Accoyer. Ex-patineuse artistique, coach sportive, Véronique Riotton est une novice en politique qui a suivi Emmanuel Macron et qui va se retrouver à l’Assemblée Nationale.

Par Yann Gonon

La rencontre entre Véronique Riotton et celui qui allait devenir le nouveau président de la République remonte à septembre 2016. C'était à Annecy. Ce jour là, Véronique Riotton a "découvert un homme éminemment brillant, porteur d’un projet novateur". Son projet et sa vision du travail "ont fait mouche dès le début" explique t-elle. Neuf mois plus tard, le rouleau compresseur "Macron" est passé par là et Véronique Riotton se retrouve à l'Assemblée Nationale.


jamais engagée en politique



Le pari était osé mais il semble réussi pour le nouveau Président de la République : présenter une lice composée de très nombreux novices en politique. Véronique Riotton fait partie de ces "petits nouveaux". Elle raconte qu'elle n'a "jamais été engagée en politique" à l'exception d'une "liste municipale dans mon village qui n'avait pas abouti" mais chez elle, "la confiance en la politique était là depuis quelques années.


des études de patineuse artistique



Véronique Riotton a 47 ans, elle habite Dingy-Saint-Clair, près d'Annecy. Elle est coach sportive auprès d'entreprises et elle a deux enfants. Voilà pour le CV ... 
Entre un cursus de sport-étude en patinage artistique à Annecy dans sa jeunesse et son activité de coach en indépendante, la Haut-Savoyarde a l'habitude de la conciliation. "J'ai souvent eu à rapprocher deux mondes qui ne se parlaient pas" confie-t-elle. Les études et le sport, puis le sport et le travail.


montrer l'exemple en tant que femme



Pendant la campagne présidentielle, elle a porté le projet du candidat Macron au Grand Annecy, où elle a tracté, collé, distribué les tracts d'En Marche pour "montrer l’exemple qu’en tant que femme on peut être active dans un mouvement".

Il y a quelques jours encore, la candidate se disait "très honorée de porter le projet au niveau local" même si "le boulot reste à faire". Croyait-elle sérieusement à ses chances de détrôner Les Républicains bien installés dans la circonscription ? Une nouvelle aventure commence en tout cas.


Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

A Montluçon, les migrants au coeur d'une exposition

Près de chez vous

Les + Lus