Disparition de Maelys : un ami du marié aurait quitté les lieux dès l'arrivée des gendarmes

Les gendarmes cherchent dans la forêt à Pont-de-Beauvoisin le 30 août 2017 après la disparition de Maëlys / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Les gendarmes cherchent dans la forêt à Pont-de-Beauvoisin le 30 août 2017 après la disparition de Maëlys / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

L'enquête dans la disparition de Maelys est entrée ce jeudi 31 août 2017 dans une nouvelle phase. Un homme de 34 ans a été placé en garde à vue ce matin. Selon nos informations, un ami du marié aurait passé une partie de la soirée avec la fillette avant de disparaitre à l'arrivée des gendarmes.

Par Yann Gonon

Les choses semblent se précipiter, 5 jours après la disparition de la petite Maelys à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Ce jeudi 31 août 2017 dans la matinée, un homme de 34 ans a été placé en garde à vue.

Selon nos informations un ami du marié aurait passé une partie de la soirée à discuter avec la fillette et se serait éclipsé dès l'arrivée des gendarmes. On ne sait pas encore s'il s'agit de l'homme placé en garde à vue.

C'est une information recueillie par nos journalistes qui enquêtent sur la disparition de Maelys. Selon des sources proches de la famille, un homme présenté comme un ami "récent" du marié aurait passé une partie de la soirée du mariage à discuter avec la fillette. Ce dernier aurait prétexté "aller chercher des cigarettes" aux alentours de 2h30. C'est peu après, vers 3 heures du matin, que Maelys aurait été vue pour la dernière fois. A l'arrivée des gendarmes pour le début des recherches, l'homme se serait éclipsé.

Toutes ces informations, comme les autres, sont à prendre avec précaution. Dans un communiqué publié en début d'après-midi, le parquet de Bourgoin-Jallieu appelle "à ne tirer aucune conséquence hâtive de cette garde à vue qui a pour objet essentiel de clarifier l'emploi du temps ce cette personne âgée de 34 ans qui s'est absentée de la soirée sur des créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maelys." 

Seule certitude, un homme de 34 ans est donc bien en garde à vue depuis ce matin à Pont-de-Beauvoisin. 

Son interrogatoire, mené actuellement à la Tour-du-Pin, vise notamment à clarifier des incohérences apparues dans ses précédentes déclarations, selon une source proche de l'enquête, ouverte sous la qualification d'enlèvement par le parquet de Bourgoin-Jallieu. Selon l'un de nos journalistes présents sur place, les enquêteurs cherchent à vérifier l'emploi du temps de la personne gardée à vue, en comparant notamment les éléments de localisation de son téléphone portable.

La gendarmerie de la Tour-du-Pin où a lieu la garde à vue. / © Aurélie Massait - France 3 Alpes.
La gendarmerie de la Tour-du-Pin où a lieu la garde à vue. / © Aurélie Massait - France 3 Alpes.

De très nombreuses auditions de témoins ont déjà eu lieu depuis le début de l'enquête, quelque 250 personnes ayant participé au mariage et à deux fêtes voisines le soir de la disparition, dans une salle paroissiale et un bar de la commune, mais il s'agit de la première mesure de garde à vue.


Sur les 180 personnes invitées au mariage, la quasi-totalité a été entendue, ainsi qu'une poignée de celles présentes à la salle paroissiale, selon les gendarmes chargés de l'affaire - la section de recherches de Grenoble, co-saisie avec la compagnie et la brigade de recherches de la Tour-du-Pin ainsi que la brigade territoriale de Pont-de-Beauvoisin.

Nos reporters Aurélie Massait et Didier Albrand sont à Pont-de-Beauvoisin.

Aurélie Massait sur place à Pont-de-Beauvoisin


En début d'après-midi, les recherches se poursuivaient à Pont-de-Beauvoisin. Des recherches qui semblaient à nouveau se concentrer aux abords de la salle des fêtes. Vers 15 heures, les gendarmes se trouvaient sur les lieux avec un Saint-Hubert, un chien de recherche. 
 

Brigade cynophile




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus