Isère : la photographe Pascale Cholette, des enfants Roms de Grenoble aux réfugiés de Zaatari en Jordanie

La photographe Pascale Cholette expose tout le mois de février au café Bahaus. Son exposition met en parallèle des clichés d'enfants Roms au camp Esmonin à Grenoble à ceux de réfugiés syriens en Jordanie.

Par Quentin Vasseur

Ce qui marque, sur certaines de ces photos, c'est le regard de ces enfants. "Ils avaient un regard très dur qui n'était pas de leur âge" se souvient Pascale Cholette.

Cette photographe grenobloise a saisi le portrait des habitants du camp Esmonin, au sud de Grenoble, en septembre 2015. Dans ces clichés pris à l'argentique, elle a voulu témoigner du dénuement de ces populations, pour la plupart des Roms.

"Tous les gens qui sont pris en photo sur ces images, ce sont des gens qui étaient d'accord pour le faire" explique-t-elle. 

La photographe Pascale Cholette, du camp de Roms de Grenoble à la Jordanie
Intervenant: Pascale Cholette, photographe - Damien Borrelly, Franck Ceroni et Cindy Miclo


Pascale Cholette se dit plus bouleversée par les conditions de vie dans le bidonville isérois, à deux pas de chez elle, que le camp Syrien qu'elle a découvert dans le désert jordanien. Près de 80.000 réfugiés vivent au camp de Zaatari, près de la frontière syrienne.

Missionnée par l'UEFA au printemps 2015; la photographe y a rencontré des enfants à la fois traumatisés et pleins d'espoir. "Je voulais vraiment illustrer la résilience dont tous ces enfants étaient capables, parce qu'ils arrivent à continuer à vivre leur vie d'enfant malgré toutes les horreurs qu'ils ont pu vivre."

Son travail est exposé jusqu'à la fin du mois de février au café Bauhaus; rue Chenoise à Grenoble.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le site mérovingien de Pressiat (Val-Revermont)

Près de chez vous

Les + Lus