La réponse de Dieudonné à Eric Piolle choque le planning familial de l’Isère

Après l'interdiction de son spectacle "La Guerre" à Grenoble, Dieudonné répond au maire par vidéo interposée. Il ajoute en bonus un extrait du spectacle qui fait polémique. / © Capture d'écran Youtube
Après l'interdiction de son spectacle "La Guerre" à Grenoble, Dieudonné répond au maire par vidéo interposée. Il ajoute en bonus un extrait du spectacle qui fait polémique. / © Capture d'écran Youtube

Le maire de Grenoble a pris un arrêté interdisant la tenue du dernier spectacle de Dieudonné à Grenoble le 28 octobre 2017. En réponse, l’humoriste controversé a publié une vidéo sur Youtube. Une vidéo qui a choqué le planning familial de l’Isère.

Par Anne Hédiard

Le 28 octobre 2017, Dieudonné était annoncé au Summum de Grenoble. Mais le spectacle n’aura sans doute pas lieu. Le maire a pris un arrêté le 13 septembre dernier pour l’interdire. Il invoque le « risque de troubles public ».


En réponse, l’humoriste a publié une vidéo sur Youtube. Dans la première partie de son intervention, il critique longuement le maire de Grenoble. L’affublant de toute une série de surnoms plus ou moins grossiers, avant de critiquer son « arrêté médiocre ».

Dieudonné répond au maire de Grenoble dans une vidéo publiée sur Youtube / © Capture d'écran Youtube
Dieudonné répond au maire de Grenoble dans une vidéo publiée sur Youtube / © Capture d'écran Youtube

Dieudonné appelle aussi ses fans à porter plainte. Chaque spectateur peut « prétendre à un préjudice moral » explique-t-il.

« Sans le vouloir, Eric Piolle vous a ouvert la porte de la plus grande des loteries, celle où vous gagnez à tous les coups »

La vidéo se termine par un extrait du spectacle « La Guerre » que Dieudonné veut présenter à Grenoble.

Il s’agit d’un sketch sur le viol, où l’on entend la voix d’une femme agressée dans le métro, et où le personnage de Dieudonné n’intervient pas.

Un sketch qui n’a pas du tout amusé le Planning Familial de l’Isère qui le qualifie de « particulièrement violent et abject ».

« Ce genre de sketch participe à la culture du viol qui gangrène notre société. Nous parlons ici de « culture » du viol car il s’agit d’un système de croyances et de pratiques. Les blagues en sont l’un des rouages » dénonce l’association de défense des droits des femmes dans un communiqué.

Elle rappelle également qu’aujourd’hui en France, seuls 10% des viols sont portés à la connaissance de la justice et la majorité sont classés par les Parquets ou reclassifiés en agressions sexuelles. Or, une femme sur six en a été victime dans sa vie mais la loi du silence et les tabous sociétaux empêchent l’expression de ce crime.




A lire aussi

Sur le même sujet

Cybercriminalité : les entreprises sensibilisées à Clermont-Ferrand

Près de chez vous

Les + Lus