Législatives 2017. Tous les résultats du 2nd tour dans le département de l'Isère

Beaucoup, au sein de la République en Marche, espéraient que le mouvement réaliserait un grand Chelem dans le département de l'Isère. Il s'en est fallu de peu mais l'objectif n'est pas atteint. Le parti du Président rafle néanmoins 9 des 10 circonscriptions Seule la 4e, tout au sud, a résisté. 

Par Stéphane Moccozet

C'est une vraie surprise : alors que le PS semblait totalement laminé au soir du premier tour, le parti au poing et à la rose sauve son dernier bastion isérois. En l'occurence, la 4e circonscription. Située au sud du département, elle est le fief de Marie-Noëlle Battistel, députée sortante distancée de 14 points dimanche dernier mais qui, grâce à un sursaut de mobilisation dans son camp, est parvenue à conserver son fauteuil. 

Une victoire symbolique pour le PS 


Une victoire symbolique pour un PS qui peut donc espérer faire encore un peu de figuration dans un département où 7 des 10 députés sortants étaient socialistes, avant d'être éliminés les uns après les autres. Une victoire d'autant plus symbolique qu'elle prive la République en Marche du grand Chelem tant espéré par les cadres du mouvement. 

Le FN rate son pari 


Car hormis dans la 4e circonscription, le parti du président de la République s'impose partout. Même des fiefs historiques de droite comme la 7e circonscription, autour de la Bièvre et de Roybon, ou la 6e, très ancrée à droite, sont tombés dans l'escarcelle du parti présidentielle. Avec, sans doute dans le cas de la 6e, une satisfaction toute particulière : longtemps, cette terre située tout au nord du département semblait promise au Front National.

Le FN bénéficiait en effet d'un candidat solidement implanté en la personne de Gérard Dezempte, maire de Charvieu-Chavagneux. Mais l'effondrement constaté au plan national du parti d'extrême-droite a eu des conséquences locales. Au point d'ouvrir un boulevard à la candidate LREM, Cendra Motin. A 42 ans, et pour son premier mandat, elle peut légitimement se placer en rempart contre le Front National. 


La droite disparaît 


Au final, la droite pourrait faire office de plus grande perdante dans le département. Elle qui tenait deux circonscriptions n'en a finalement plus aucune. Pire, la 7e est perdue alors qu'elle semblait imperdable. Un vrai revers pour Jean-Pierre Barbier, député sortant qui ne se représentait pas et Président du Conseil départemental. Son poulain, Yannick Neuder, n'a pas réussi à s'imposer malgré son ancrage et le soutien important de son mentor. 

Une droite désormais inexistante chez les Parlementaires. Un PS qui survit contre toute attente mais retranché dans le sud du département. Et une République en Marche désormais écrasante et triomphante malgré la déception de ne pas avoir réalisé le 10/10 tant espéré : en Isère, la situation politique est bel et bien totalement chamboulée au terme d'une soirée riche en surprises. 


Cliquez sur les liens suivants pour accéder aux pages souhaitées :

La carte interactive des candidats dans le département de l'Isère

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Affaire Fiona. Quatrième jour du procès en appel au Puy-en-Velay

Près de chez vous

Les + Lus