Orages : Moirans (Isère) demande l'état de catastrophe naturelle

© Yvette Michalat
© Yvette Michalat

Deux jours après de violents orages, la ville de Moirans demande la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. En à peine 10 minutes, la grêle a provoqué de nombreux dégâts samedi 22 juillet au soir dans cette commune du Voironnais (Isère).

Par Marion Feutry

Samedi 22 juillet 2017, vers 19h, Yvette Michalat, était tranquillement chez elle à Moirans, lorsque l'orage s'est déclenché. "J'entendais un bruit bizarre, je pensais que c'était une locomotive de train qui était en panne." Il s'agissait en fait d'une pluie de grêlons. "Des grêlons de cette taille, je n'en avais encore jamais vus", admet-elle. 

L'orage n'a duré que dix minutes. "C'était un peu stressant", reconnaît Yvette Michalat. D'autant plus qu'aucune alerte n'avait été envoyée par la Préfecture, comme c'est parfois le cas en prévision d'orage violent. 

Chute de grêle à Moirans


Coût des dégâts pour la commune : 20 000 euros

Deux jours après, la commune Moirans prend la mesure des dégâts provoqués et demande à l'Etat la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.

Toitures, mobilier de jardin et fenêtres ont été abimés. On dénombre une centaine de voitures endommagées par des impacts de grêlons. 

Les bâtiments communaux n'ont pas été épargnés. Sur le toit de la mairie, plusieurs tuiles ont été arrachées. La piscine municipale a également été touchée : 60 des 120 hublots que compte le bâtiment ont été brisés. Résultat, l'établissement pourrait rester fermé cet été. La commune estime le coût des réparations entre 10 000 et 20 000 euros.

Moirans demande l'état de catastrophe naturelle
Intervenants : Yvette Michalat, habitante de Moirans - André Bessot, Adjoint à la sécurité mairie de Moirans. Reportage : Sophie Pellerin, Nathalie Rapuc et Mélanie Ducret



 

A lire aussi

Sur le même sujet

La boxe de rue initiée à Issoire (Puy-de-Dôme)

Près de chez vous

Les + Lus