"Je ne comprends pas la polémique suscitée par cette fresque", réagit le maire de Grenoble

Interrogé par France 3 Alpes, ce lundi 27 juin, après la vive polémique suscitée par une fresque anti-police à Grenoble, le maire Éric Piolle estime que cette création est simplement liée à "la liberté d'expression".

© France 3 Alpes
"Je ne comprends pas cette polémique. Nous sommes là dans la liberté d’expression artistique. Cette même liberté d’expression derrière laquelle nous avions défilé pour Charlie", estime Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble, régissant à la vive polémique suscitée par la fresque peinte à la gare et représentant deux policiers matraquant la République. Une fresque réalisée dans le cadre du festival de street art soutenu par la Ville. 

Interview d'Éric Piolle
durée de la vidéo: 02 min 04
Interview Éric Piolle

Il ne faut pas oublier quels sont nos fondamentaux"

Le maire affirme toutefois "comprendre l'émoi des policiers". "Nous sommes tous avec les policiers surtout dans ce contexte d’attentat", explique-t-il.

Dimanche, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a réagi sur son compte twitter en affirmant son "plein soutien aux policiers protégeant chaque jour les Grenoblois. Nous attendons d’Éric Piolle qu’il leur dise ses regrets".

Un tweet qui n’a pas manqué de faire réagir le maire: "Si Bernard Cazeneuve estime qu’il n’y a plus de liberté d’expression, il lui reste à communiquer aux artistes le périmètre dans lequel ils ont le droit de s’exprimer ou pas."

"Dans cette période de trouble, il ne faut pas oublier quels sont nos fondamentaux", conclut Eric Piolle.

© France 3 Alpes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique police société sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter