Législatives 2017. Les députés élus avec moins de 1 000 voix d'écart en Auvergne-Rhône-Alpes

L'Assemblée Nationale attend les députés de la nouvelle législature, celle de 2017-2022, le 27 juin. / © MARTIN BUREAU / AFP
L'Assemblée Nationale attend les députés de la nouvelle législature, celle de 2017-2022, le 27 juin. / © MARTIN BUREAU / AFP

Dimanche, parmi les 64 députés élus ou réélus pour représenter la région Auvergne-Rhône-Alpes à l'Assemblée Nationale, certains l'ont été de justesse. Ainsi, 7 d'entre eux l'ont emporté avec moins de 1 000 voix d'avance sur leur adversaire. 

Par Stéphane Moccozet

Entre les deux tours de ces élections législatives, il a beaucoup été question d'absence de suspense quant au résultat final. La vague "La République en Marche" allait tout emporter sur son passage, et il a même été question dans les conversations d'une possibilité que les pro-Macron remportent 500 sièges au Palais Bourbon. Finalement, la victoire est là mais dans une proportion plus mesurée et du suspense, on en a eu. Certains candidats, quasiment donnés battus au soir du premier tour, nous ont même gratifiés d'une "remontada" en venant s'imposer sur le fil.
 

La "remontada" de Juanico

En Auvergne-Rhône-Alpes, la palme du retournement de situation revient sans conteste à Régis Juanico, le député socialiste sortant de la 1ère circonscription de la Loire. Le 11 juin, il accusait un retard de 4 446 voix sur Magalie Viallon, candidate de la République en Marche, 19,25% des voix contre 34,81%. Les jeux semblaient faits. Et pourtant… Dimanche soir, c’est bien Régis Juanico qui s’est imposé avec 23 voix d’avance !
 
Toujours dans le département de la Loire, mais dans la 4e circonscription cette fois-ci, le député sortant Les Républicains était également en mauvaise posture à l’issue du premier tour. Dino Ciniéri affichait un peu moins de 3 700 voix de retard sur David Kauffer (LREM). Un ballottage défavorable qui a finalement tourné en sa faveur. Avec 99 voix d’avance au second tour, il peut retourner siéger à l’Assemblée Nationale.
 

Un recours dans la 7e circonscription du Rhône

Dans la 7e circonscription du Rhône, la candidate de La République en Marche, Anissa Khedher, a remporté l’élection avec 248 voix d’avance sur Alexandre Vincendet (Les Républicains) : 10 463 voix contre 10 215. Le maire de Rillieux-la-Pape a annoncé aussitôt qu'il allait introduire un recours en annulation après avoir constaté "de nombreuses irrégularités".
 

Coiffé sur poteau par la jeunesse

Quand Dominique Dord a été élu à l’Assemblée Nationale pour la première fois, Typhaine Degois n’avait que 4 ans, c’était en 1997. Vingt ans plus tard, la benjamine des candidats de La République en Marche en France a ravi le fauteuil à son aîné. Le député sortant Les Républicains de la 1ère circonscription de Savoie s’incline avec un retard de 580 voix et il n’enchainera pas avec un 5e mandat législatif.
 

Des réélections sans plébiscite

Dans le Cantal, Vincent Descoeur (Les Républicains) a retrouvé le siège de député de la 1ère circonscription que lui avait subtilisé le socialiste Alain Calmette en 2012. Pour l’actuel président du Conseil Départemental (qui devra donc choisir, loi sur le non cumul des mandats oblige), la victoire est là, certes, mais d’une courte tête. Il ne devance en effet François Danemans (LREM) que de 672 voix.
 
Dans la 9e circonscription  du Rhône, Bernard Perrut (LR) a obtenu 746 voix de plus que Marion Croizeau. La candidate LREM était pourtant en tête au 1er tour avec un matelas de plus de 3 000 d’avance sur le député sortant. Enfin, dans la 3e circonscription de Haute-Savoie, Martial Saddier, député sortant Les Républicains, a récolté 972 suffrages de plus que Guillaume Gibouin (LREM). Une victoire à l’arrachée si on la compare à son élection en 2012 où il avait devancé le candidat EELV-PS au second tour de 6 682 voix.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Images de l'incendie à Chambod (Ain)

Près de chez vous

Les + Lus