Le couple meurtrier de Montbrison a séquestré et torturé sa victime

Les gendarmes de l'identification criminelle poursuivaient leurs investigations ce vendredi matin à Septème / © F3 RA
Les gendarmes de l'identification criminelle poursuivaient leurs investigations ce vendredi matin à Septème / © F3 RA

 Homicide volontaire, séquestration, actes de torture et barbarie. Voilà les motifs de l'instruction judiciaire qui sera ouverte demain à l'issue de la garde-à-vue du couple meurtrier de Montbrison. Le Procureur de Saint-Etienne tenait une conférence de presse cet après-midi. Eléments d'enquête.

Par Aude Henry

Après la découverte du cadavre ce jeudi 5 octobre à Septème en Isère, après la poursuite des investigations des gendarmes de l'identification criminelle ce vendredi matin, le procureur de la République de Saint-Etienne a tenu une conférence de presse dans l'après-midi.
Accompagné du commandant du Groupement de gendarmerie de la Loire, Jean-Daniel Regnauld a apporté quelques précisions sur cette affaire.

La victime a été torturée

Le cadavre déterré est celui d'un jeune homme de 29 ans, lui aussi sans domicile fixe et qui était placé sous curatelle. L'organisme chargé de son suivi avait perdu sa trace depuis fin juillet. Il aurait servi d'intermédiaire pour le couple meurtrier qui cherchait à extorquer des fonds à son demi-frère handicapé.

Comment et pourquoi l'affaire a-t-elle mal tournée ? Pas de réponse pour le moment. En revanche, l'autopsie réalisée ce vendredi après-midi à l'Institut médico-légal de Saint-Etienne révèle plusieurs fractures au niveau des côtes de la victime. Ses dents ont été arrachées, vraisemblablement à l'aide d'une pince. 

Le Procureur de Saint-Etienne a annoncé l'ouverture à venir d'une instruction judiciaire pour homicide volontaire, séquestration, actes de torture et barbarie.

La garde-à-vue du couple

Le couple de sans-abri, âgé de 43 et 29 ans, a été interpellé en flagrant délit hier jeudi. Les gendarmes de la brigade de Montbrison entament leur audition. Jusqu'à ce qu'en début d'après-midi, la femme réclame un médecin, et se confie. C'est ainsi que les gendarmes obtiennent cette déclaration de reconnaissance de meurtre.

Un meurtre entre Montbrison et Septème ?

Difficile pour le moment de savoir comment les choses se sont enchaînées. Une chose est sûre, les aveux recueillis à Montbrison, ont conduit les gendarmes jusqu'à Septème, en Isère, où le cadavre a été retrouvé, hier, enterré dans un champ. Les enquêteurs de la gendarmerie ont dû ratisser 1 ha de terrain lors de leurs investigations.

L'enquête a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Montbrison, appuyée par celle de Lyon. Le couple etait ce vendredi toujours en garde-à-vue. 



Sur le même sujet

Affaire Fiona. Les avocats de la défense quittent le procès, l'audience suspendue

Près de chez vous

Les + Lus