Manifestation contre la Loi Travail et le 49.3 à Grenoble

© photo Aurélie Massait / France 3 Alpes
© photo Aurélie Massait / France 3 Alpes

Ce jeudi 12 mai était une nouvelle journée de mobilisation pour le retrait de la Loi Travail. A Grenoble, la manifestation s'est déroulée dans le calme. Le cortège était composé de 3 à 4.000 personnes, selon les syndicats, et de 1.100 manifestants, d'après la police! 

Par France 3 Alpes

La manifestation a débuté vers 10 heures place de Verdun et duré près de 3 heures jusqu'à la gare. Un mouvement lancé à l'appel des syndicats, mais qui rassemblait aussi des jeunes de Nuit debout. Un défilé sous surveillance après les débordements de mardi soir. Des cordons de CRS protégeaient notamment les commerces touchés par les projectiles

© Aurélie Massait
© Aurélie Massait
Cette fois, l'heure était uniquement à la colère contre les socialistes accusés "de trahir le peuple" en utilisant le 49.3 pour faire passer la Loi Travail. Le gouvernement et le PS en ont donc pris pour leur grade: "Dictature présidentielle", "sociaux-traîtres dehors", "gouvernement tu n'es pas le roi", pouvait-on lire sur les pancartes.

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Certains manifestants se sont ensuite rendu devant la permanence parlementaire de la députée socialistes de Grenoble, Geneviève Fioraso, qui soutient le projet de loi. 

"49-3 on n'en veut pas, Grenoble soulève-toi" ou "P comme pourris, S comme salauds, à bas le parti socialiste", ont encore été entonnés. 

Reportage Aurélie Massait et Cédric Picaud 
Manif contre la Loi Travail à Grenoble
Intervenants: Thierry Caron, délégué syndical FO, groupement hospitalier mutualiste de Grenoble; Ludovic Brun, président de l'UNEF Grenoble; Linda Bensalah, secrétaire générale de la CGT Isère

Une condamnation

Après la dispersion, une poignée de jeunes est aussi allée au Palais de Justice pour soutenir le prévenu de 20 ans soupçonnés d'avoir lancé des projectiles sur les fonctionnaires de police mardi. Il a finalement été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 105 heures de travaux d'intérêt général.  

A lire aussi

Sur le même sujet

Haute-Loire : La grogne des éleveurs contre les loups

Près de chez vous

Les + Lus