Japonais disparu au Mont-Blanc: les secours toujours cloués au sol

L'alpiniste japonais de 35 ans, disparu dans le massif du Mont Blanc, a passé ce jeudi 10 août une quatrième nuit dehors, entre 3.500 et 4.800 mètres d'altitude, mais tout espoir de le retrouver vivant n'est pas perdu estiment les secouristes qui attendent une fenêtre météo favorable

Par AFP

La mauvaise météo de ce vendredi 11 août dans le massif du Mont-Blanc empêche toujours toute tentative de secourir l'alpiniste japonais disparu lors de l'ascension du mythique sommet des Alpes.

"Il n'y a pas eu de fenêtre météo ce matin, il ne devrait pas y en avoir aujourd'hui. Évidemment si ça se dégage, on essaiera de faire au plus vite" ont expliqué les secouristes. Ils avaient diffusé hier sur leur page Facebook, un appel à témoins pour tenter de localiser précisément Hironobu Shimosawa, parti seul lundi, vêtu d'une veste orange et d'un casque vert et qui empruntait l'itinéraire des trois monts.

"Des gens l'ont vu mais le lundi uniquement", a précisé le PGHM. Il aurait disparu dans le secteur entre le Mont-Blanc et le mont Maudit.
Mercredi, l'alpiniste avait contacté via la messagerie instantanée de Facebook une de ses connaissances au Japon pour demander des secours, en redescendant du Mont-Blanc. Cette personne avait ensuite appelé le PGHM de Chamonix.


Selon le Peloton de gendarmerie de haute-montagne, l'alpiniste disparu pourrait s'être mis à l'abri.

"S'il est à l'abri, peut-être dans une crevasse, avec une température autour de 0 degré, et pas directement soumis aux précipitations et au vent, avec un réchaud et de l'eau, il peut survivre plusieurs journées", estimait hier encore le capitaine Patrice Ribes.

Le PGHM a lancé un appel à témoin pour le localiser précisément. "Le secteur où il peut se trouver est très large, allant des 3 Monts au couloir du Goûter", précise le capitaine Ribes. "La météo ne prévoit pas d'éclaircies avant samedi, mais dès qu'on a une fenêtre, on ira le chercher".

Les hélicoptères des secours ont tenté deux fois de décoller jeudi après-midi, de Chamonix et d'Annecy, mais en vain, à cause du manque de visibilité.

Sur le même sujet

Le site mérovingien de Pressiat (Val-Revermont)

Près de chez vous

Les + Lus