Assises: Condamné à 18 ans pour le meurtre d'un homme à Chamalières (Puy-de-Dôme)

Au terme de trois jours de procès, Alphonse D. a finalement été condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour avoir assassiné Mokrane A. le 14 novembre 2014, à Chamalières. Un verdict tombé tard dans la nuit, bien en dessous de ce qu'avait requis l'avocat général.

Meurtre de la rue des Montagnards à Chamalières en 2014 : Alphonse D. a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle
Meurtre de la rue des Montagnards à Chamalières en 2014 : Alphonse D. a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle © Valérie Riffard/France 3 Auvergne
Après une journée où il a été largement accablé, que ce soit par l'enquêteur, l'avocat général ou l'avocat des parties civiles, Alphonse D. a finalement été condamné à une peine de 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Puy-de-Dôme. Au terme de trois jours de débat et alors que l'avocat général leur avait demandé de ne pas le condamner à une peine inférieure à 30 ans, les jurés ont donc fait preuve de clémence, notamment parce qu'ils n'ont pas reconnu la préméditation. Un verdict tombé peu après minuit, après de longues heures de délibération.

L’homme de 52 ans était entendu pour un meurtre commis le 14 novembre 2014 à Chamalières, rue des Montagnards. Un meurtre sur fond de trafic de stupéfiants pour lequel il a toujours clamé son innoncence.

La victime, Mokrane A. était âgée de 34 ans. L’homme originaire du Val d'Oise venait régulièrement dans le Puy-de-Dôme pour des affaires de stupéfiants. C’est là qu’il aurait rencontré Alphonse D. quelques mois avant les faits.

Le soir du drame, l’accusé a reconnu être avec Mokrane A. Mais selon lui, ils auraient été victimes d’un braquage visant à leur voler leur marchandise. Lui, serait parvenu à prendre la fuite alors que la victime était abattue de trois balles. Une version des faits jugée invraisemblable par les parties civiles et l'avocat général.

Devenu l'un des revendeurs de Mokrane A., l'accusé aurait accumulé une dette de 12.000 euros, dette qui pourrait être le mobile de ce crime.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice assises société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter