Clermont-Ferrand : victime de pirates informatiques, un chef d’entreprise met la clef sous la porte

Des pirates informatiques réclament 3.800 euros à un chef d'entreprise de Clermont-Ferrand. La PME, fragilisée, est sur le point de mettre la clef sous la porte. / © V. Riffard / France 3 Auvergne
Des pirates informatiques réclament 3.800 euros à un chef d'entreprise de Clermont-Ferrand. La PME, fragilisée, est sur le point de mettre la clef sous la porte. / © V. Riffard / France 3 Auvergne

Une entreprise de Clermont-Ferrand a été la victime de hackers qui ont piraté son système informatique. La PME, fragilisée, est sur le point de mettre la clef sous la porte... Son gérant préfère cette ultime solution plutôt que de payer la rançon réclamée par les pirates informatiques.

Par Valérie Riffard

C’est en consultant son serveur informatique qu’André Thomas, gérant de la société Auvergne-Clermont-Pièces, à Clermont-Ferrand, a découvert un message sur son ordinateur lui réclamant 3.800 euros. Une rançon qu’il refuse de payer même s’il doit impérativement récupérer les fichiers informatiques rendus illisibles par un chiffrement.
Avec cette attaque informatique, les pirates ont déstabilisé l’activité de l’entreprise d’électroménager  qui emploie 8 salariés. Une fois les dernières commandes honorées, André Thomas affirme qu’il ne lui restera plus qu’à mettre la clef sous la porte. Il a tout naturellement décidé de porter plainte.

C’est en consultant son serveur informatique qu’André Thomas, gérant de la société Auvergne-Clermont-Pièces, à Clermont-Ferrand, a découvert un message sur son ordinateur lui réclamant 3.800 euros. / © V. Riffard / France 3 Auvergne
C’est en consultant son serveur informatique qu’André Thomas, gérant de la société Auvergne-Clermont-Pièces, à Clermont-Ferrand, a découvert un message sur son ordinateur lui réclamant 3.800 euros. / © V. Riffard / France 3 Auvergne



Réagir à cette nouvelle forme de banditisme : c'est la mission de Gilles Porte. Investigateur en cybercriminalité à la sureté départementale du Puy-de-Dôme, il reconnaît que les attaques de petites entreprises comme celle d'André se multiplient.

« Depuis un an ou deux, on a des escrocs qui sont capables de s’adapter à la taille des entreprises. Les très petites entreprises sont souvent bien moins protégées au niveau des systèmes d’exploitation et des antivirus (…) et n’ont pas de service informatique ».

Pour monter leur arnaque, les hackeurs pratiquent la technique de l'hameçonnage. Ils envoient des milliers de mails, jusqu'à ce qu'une proie leur ouvre la porte.

« L’arrivée de ce logiciel malveillant est très souvent due à un mauvais clic ou des pièces jointes que les personnes ouvrent, des fausses pièces jointes qui se font passer pour des factures, des devis. C’est par ce biais-là que le virus rentre» explique Adrien Caglini, informaticien.

Une fois le système infesté, impossible de récupérer ses données. Et sans son logiciel métier, André ne peut plus travailler.

Clermont-Ferrand : victime de pirates informatiques, un chef d’entreprise met la clef sous la porte
Installée à Clermont-Ferrand, l'entreprise Auvergne Clermont Pièces a été la victime de hackers qui ont piraté son système informatique. La PME, fragilisée, est sur le point de mettre la clef sous la porte... Son gérant préfère cette ultime solution plutôt que de payer la rançon réclamée par les pirates informatiques. Intervenants : André Thomas, Gérant de la société Auvergne Clermont Pièces / Gilles Porte ,Investigateur en cybercriminalité à la Sureté départementale 63 / Adrien Caglini, Informaticien. - V. Riffard / B. Livertoux / P. Raclet / France 3 Auvergne


Sur le même sujet

Ardèche : des randos-santé organisées pour des personnes malades ou convalescentes

Près de chez vous

Les + Lus