Où est donc passé le siège de l'UDI ? Louis Giscard d'Estaing interpelle le Figaro

Le Figaro, dans son numéro du 18 octobre, consacrait un dossier aux sièges des partis politiques français. Le quotidien a oublié de faire figurer celui de l'UDI, pourtant l'une des formations les plus présentes au palais Bourbon et au palais du Luxembourg. / © Valentin Pasquier/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes
Le Figaro, dans son numéro du 18 octobre, consacrait un dossier aux sièges des partis politiques français. Le quotidien a oublié de faire figurer celui de l'UDI, pourtant l'une des formations les plus présentes au palais Bourbon et au palais du Luxembourg. / © Valentin Pasquier/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Louis Giscard d'Estaing, maire de Chamalières (Puy-de-Dôme), s'est étonné de ne pas voir figurer l'UDI dans un dossier du Figaro publié le 18 octobre et consacré aux sièges des partis politiques français. L'élu auvergnat, vice-président de la formation centriste, a rectifié le tir.

Par Valentin Pasquier

Lorsqu'il ouvre le Figaro jeudi 19 octobre, le maire de Chamalières et vice-président de l'Union des démocrates indépendants (UDI) n'en revient pas. Le quotidien a consacré, la veille, une double page sur les sièges franciliens des partis politiques français... Et a totalement oublié de mentionner l'UDI, dans les articles mais aussi sur la carte du dossier. "Nous sommes tout de même le 4e parti français en terme d'élus parlementaires!" rappelle-t-il.




L'élu auvergnat préfère s'amuser de l'erreur. "C'est sans doute un oubli "volontaire"!" confie-t-il, en référence au nom de la rue du siège du parti centriste. Celui-ci est basé depuis 2014 au 22 bis rue des Volontaires, dans le 15e arrondissement de Paris.

Ce dossier du Figaro sur ces "lieux de mémoire de la vie politique" intervient alors que le PS s'apprête à quitter ses locaux rue de Solférino. D'autres partis songent eux-aussi à faire leurs cartons pour des sièges aux loyers plus raisonnables. L'UDI a "entamé une réflexion sur le sujet, comme par exemple organiser des sous-locations", un déménagement "n'est pas du tout à l'ordre du jour," confie le 8e vice-président du parti.

 

Le siège de l'UDI se situe à seulement 400 mètres de celui des Républicains. / © Valentin Pasquier/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes
Le siège de l'UDI se situe à seulement 400 mètres de celui des Républicains. / © Valentin Pasquier/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes


 

À l'UDI, une siège "très commode"



Lorsque le parti est créé en septembre 2012 à l'initiative de l'ancien ministre centriste Jean-Louis Borloo, l'UDI ne possède pas ses propres locaux. Il s'installe tout d'abord rue Raspail, dans le 14e arrondissement, puis emménage dans ses locaux actuels début 2014. Le déménagement coïncide avec la démission de Jean-Louis Borloo de la tête de la formation politique. "C'est un immeuble de plain-pied, situé dans un ancien garage, très fonctionnel. C'est une version bien plus raisonnable que celui des Républicains," indique Louis Giscard d'Estaing.

Un choix pratique que l'élu ne semble pas regretter. "Tout ce qui est à côté du Sénat ou de l'Assemblée est aujourd'hui hors de prix. L'avantage de notre situation, c'est que nous avons le métro Volontaires juste à côté, qui est direct jusqu'au Palais Bourbon, ce qui est très commode pour ceux qui ont - ou ont eu - un mandat à l'Assemblée nationale!" Un déménagement n'est donc pas prévu de sitôt.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Lyon - Une cérémonie en hommage à Jean-Jules Jusserand

Près de chez vous

Les + Lus