Cette année, malgré les intempéries et la sécheresse, le blé est de qualité.

Pour Serge Bionnier, agriculteur à Riom (63) : "Ce n'est pas catastrophique sauf pour les secteurs plus séchant. Ceux qui ont pu arroser, cela a lissé les rendements".

Puy-de-Dôme : Après les moissons, l'heure du bilan pour les céréaliers

Intervenants : Serge Bionnier, agriculteur à Riom (63); Phillipe Aymard, agriculteur à Malintrat (63); Claude Voisin, vice-président de la Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme  - France 3 Auvergne  - Mirna Kilama, René Thévenot, Patricia Raclet


Quelques champs de blé plus loin, une des moissonneuses batteuses dans un des plus importants domaines de Malintrat. Cette année, Il y a bien eu de l'avance, pour le blé mais cela n'a pas suffi.

"Qualitativement c'est bien. Globalement on a quelques petits problèmes de déclassements, des problèmes de poids spécifiques mais en termes de qualité, de protéines, on a des blés qui sont de qualité très satisfaisante cette année. La seule problématique, c'est la quantité qui manque", affirme Phillipe Aymard, agriculteur à Malintrat (63).

Même si la qualité est là, la saison s'annonce compliquée pour beaucoup de céréaliers.

"C'est la troisième année où c'est vraiment mitigé parce que c'est très hétérogène. Il y a du bon, du moins bon, et surtout, un problème de poids spécifique dans la valeur poids/volume qui n'est pas très bon", indique Claude Voisin, vice-président de la Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme.

Les grains ne remplissant pas les standards exigés iront pour la plupart à la production animale. Une décote à coup sûre, pour le prix final.

France 3 Auvergne - Mirna Kalima