Ce film permet une plongée inédite dans les couloirs d'un hôpital psychiatrique. Témoignages saisissants de personnes hospitalisées sous contrainte. Le fruit de six semaines de tournage, réalisées par le cinéaste Raymond Depardon, dans la salle d'audience du Vinatier, à Bron.

Ce film, c'est une rencontre avec une dizaine de patients hospitalisés sans leur consentement. Rencontres menées par quatre juges des libertés et de la détention, en charge de vérifier que ces hospitalisations ne sont pas abusives.
"L'idée, c'est de redoubler d'attantion auprès de ces personnes qui, d'une certaine manière, appellent à l'aide", explique Raymond Depardon.

Ce film n'est pas une fiction. Le cinéaste y libère la parole. "La parole de nos patients qui n'est pas qu'insensée. Une parole qui dit la réalité de ce qui est traversé, la souffrance, mais aussi la volonté de la surmonter, l'espoir" rajoute une psychiatre du Vinatier, à la sortie de l'avant-première qui s'est déroulée au Comoédia, à Lyon, ce 8 novembre.



12 jours en avant-première

Le cinéaste originaire de Villefranche-sur-Saône, Raymond Depardon, a présenté son dernier documentaire "12 jours". Le film a été intégralement tourné à l'hôpital psychiatrique du Vinatier à Bron. Interviennent dans ce reportage : le réalisateur Raymond Depardon - Natalie Giloux, psychiatre au Vinatier - Justine Aubriot et Marie-Pierre Porchier, juges des libertés et de la détention  - J. Sauvadon & JC Adde & S. Bouix



Sortie au cinéma : le 29 novembre. 12 Jours est co-produit par Rhône-Alpes Cinéma.