Le cardinal Barbarin installe à Mossoul une réplique de la vierge de Fourvière

© Diocèse de Lyon
© Diocèse de Lyon

Mgr Barbarin est de retour en Irak pour célébrer la libération de Karakosh, où vivait l'une des plus grandes communautés chrétiennes et où la vie reprend son cours. A Mossoul, également libérée, l'archevêque a replacé lui-même une réplique de la vierge de Fourvière sur la cathédrale.       

Par Ph. Bette avec l'AFP et Tweeter

La scène peut appraraître cocasse mais dans le contexte actuel, elle a une valeur symbolique .Mgr Barbarin, de retour en Irak après la libération de Mossoul et de Karakosh, où vivait l'une des plus importantes communautés chrétiennes avant l'arrivée de Daesh, a replacé lui -même une réplique de la vierge de Fourvière sur le fronton de l'ancienne cathédrale.







   

Le compte-rendu  de Didier Bouillot :


Le cardinal Philippe Barbarin, partagé entre "tristesse"et "espérance", avait assisté lundi à Qaraqosh à une messe pour la "renaissance" de
cette ville qui abritait une des plus grandes communautés chrétiennes d'Irak avant son occupation par le groupe État islamique.



Clocher écorné, intérieur noirci par les flammes, l'église al-Tahira (Immaculée Conception) porte encore les stigmates des plus de deux ans de règne jihadiste (août 2014-novembre 2016) sur cette ville située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Mossoul.





"J'étais venu ici le 29 juillet 2014. C'était splendide, magnifique, il y avait des choeurs, l'église était pleine", a raconté à l'AFP l'archevêque de Lyon, qui a fait plusieurs visites dans la région. "Revenir maintenant et la revoir, après tant d'agressions, tant de violences, tant de saccages, en train de renaître, c'est à la fois très triste et en même temps rempli d'espérance", a-t-il dit.


Huit mois après sa libération, la ville, qui s'était vidée en quelques jours de ses 50.000 habitants, reprend lentement vie. Quelques centaines de familles sont revenues, des commerces ont rouvert, six écoles doivent de nouveau accueillir des élèves d'ici le 15 août.



Lundi, ils étaient une centaine de personnes, en civil ou en uniformes militaires, à assister à cette messe exceptionnelle. Sans électricité ni équipement, l'édifice n'accueille plus de célébrations. Arrivé sous bonne escorte de la milice chrétienne des Unités de protection de
la plaine de Ninive (NPU), l'archevêque de Lyon et sa délégation, en visite durant deux jours dans la région, ont été accueillis par des youyous.


"La visite du cardinal Philippe est une visite de solidarité qui nous apporte un grand soutien moral. C'est le signe qu'il y a des gens hors d'Irak qui
partagent la souffrance que nous vivons aujourd'hui", se réjouit Khalil Moussa, 42 ans. Durant la messe célébrée par l'archevêque syriaque catholique Yohanna Petros Mouché, "j'ai prié Jésus en lui disant +Puisque tu es le Semeur, si tu peux semer l'espérance dans les coeurs de tous les habitants de Qaraqosh et de tous ceux qui sont ici...+", a expliqué Mgr Barbarin après la messe.

"C'est pour ça que c'était à la fois d'une infinie tristesse et d'une extraordinaire espérance pour la renaissance de ce pays, de cette ville, de cette région", a-t-il ajouté.

  

Sur le même sujet

Pro A - L'ASVEL s'impose à domicile face à Dijon (86-69)

Près de chez vous

Les + Lus