Joutes nautiques : demi-finales de la Coupe de France

© Laure Crozat, F3 Rhône-Alpes
© Laure Crozat, F3 Rhône-Alpes

Ce week-end, Lyon et Givors ont accueilli les demi-finales de la Coupe de France de joutes nautiques. Un sport confidentiel, 6000 licenciés en France, mais qui continue à se transmettre, pour beaucoup, de père en fils.
 

Par Christian Conxicoeur

C'est une question sempiternelle : les joutes nautiques et autres "vieux sports" régionaux comme la barque  vont-ils perdurer au-delà de leurs pratiquants actuels ?

Ces sports immensément populaires pendant la première moitié du XXème siècle dans la vallée du Rhône ont beaucoup perdu de leur superbe. Reste un carré d'initiés, d'héritiers. Souvent des adeptes de sports collectifs, de rugby en particulier, qui, une fois la saison terminée, bascule du terrain au "tabagnon", la plateforme sur laquelle les jouteurs se tiennent.

Et force est de constater qu'année après année, les compétitions se maintiennent, grâce à la passion des pratiquants, et à quelques belles initiatives comme la découverte de la joute dans les écoles, comme cela se fait à Grigny (Métropole de Lyon) où à Serrières (Ardèche).
Dernier vecteur de perpétuation de la tradition, et pas des moindres : les dynasties de jouteurs, où la passion du sport se transmet de génération en génération.

Joutes nautiques : demi-finales de la Coupe de France
Samedi 24 et dimanche 25 juin, Lyon et Givors ont accueilli les demi-finales de la coupe de France de joutes nautiques. On compte pas moins de six mille licenciés dans tout le pays, et parmi eux, des jeunes, prêts à perpétuer la tradition. Reportage de Maryne Zammit et Laure Crozat. Avec les interviews de : Marvin Eyraud, 18 ans, Club de Serrières (Ardèche) ; Jordan Cellard, entraîneur du club de Chavanay (Loire) ; Pierre Guichard, président national des arbitres Fédération française de joute et sauvetage nautique ; Melvyn Carron, 13 ans, Club de Vernaison (Métropole de Lyon)


Les joutes nautiques, késako ?

La joute nautique est un sport pratiqué essentiellement en France, en Allemagne et en Suisse, consistant en une confrontation entre deux jouteurs montés sur des barques propulsées par des rameurs ou, selon la méthode pratiquée, par un moteur. Il existe plusieurs méthodes de joutes selon les régions.

C'est un sport qui trouve ses racines -excusez du peu- dans l'Egypte antique. Il s'est perpétué à l'époque romaine, puis au moyen âge avant de disparaître. Au XIXeme siècle, ce sont les mariniers qui ont remis les joutes nautiques au goût du jour : des "sociétés" (clubs) se créent. À l'origine, le but n'était pas prioritairement la pratique du sport. Il s'agissait avant tout de porter secours aux riverains lors des fréquentes crues du Rhône.

Aujourd'hui, le Rhône est canalisé, avec force barrages qui régulent le fleuve. Les inondations sont de l'histoire ancienne, restent les chevaliers des eaux. N'hésitez pas à assister à une compétition, il y en a tout l'été. Vous découvriez une ambiance, des familles, des villes et leur bassin de joute souvent très beaux,  dont le coeur bat pour ce sport. Voici le calendrier des compétitions.

Sur le même sujet

Mélenchon à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus