L1 : Lyon dans le dur avant la rencontre contre Monaco

Bruno Genesio lors de la rencontre de C3 à Nicosie (Chypre) contre le Apollon Limassol FC / © SAKIS SAVVIDES / AFP
Bruno Genesio lors de la rencontre de C3 à Nicosie (Chypre) contre le Apollon Limassol FC / © SAKIS SAVVIDES / AFP

C'est sur une série de 5 matches sans victoire que les lyonnais de Bruno Genesio vont se présenter vendredi 13 octobre au parc OL. Face à Monaco, il y a urgence à gagner. mais le club de la principauté a la même feuille de route.

Par AFP/CC

C'est une "stat" dont Lyon se serait bien passé : une série de cinq matches sans victoire toutes compétitions confondues à l'heure de recevoir au Parc OL le Monaco de Leonardo Jardim, qui -lui- totalise seulement deux victoires en septembre. 

"Pas plus de pression que d'habitude"

A Lyon, le climat n'est pas au beau fixe, essentiellement sur les réseaux sociaux, autour de l'entraîneur Bruno Genesio. "Je n'ai pas plus de pression que d'habitude. Nous sommes dans un club aux exigences très élevées où la pression est présente tous les jours, chaque week-end", balaye l'intéressé devant la presse cette semaine.

Quelles que soient les performances de l'OL, la légitimité de Genesio a toujours été mise en doute par une frange de supporters depuis sa nomination fin décembre 2016, à la place d'Hubert Fournier dont il était l'adjoint N.1. Son manque de solidarité avec son prédécesseur, des expériences ratées à la tête d'équipes de divisions inférieures, un manque de charisme, sont les principaux griefs relevés sur les réseaux sociaux où les anonymes se lâchent à son encontre.

Une défaite, c'est de ma faute


"Si nous gagnons, c'est grâce aux joueurs et en cas de défaite, c'est de ma faute. Il faudrait que je m'appelle Ramirez ou Sanchez", avait-il déjà rétorqué il y a un an, en référence à la mode des entraîneurs étrangers dans les clubs français.

L'OL s'est pourtant classé 2e en 2016, 4e en 2017 avec une demi-finale d'Europa League: rien n'y fait. Heureusement pour lui que Jean-Michel Aulas reste son soutien N.1.

Un président qui lui fait confiance

"Bruno a un président qui lui fait confiance. Il sait qu'on laisse penser que son président a dit du mal ou s'est posé des questions. Ce n'est pas vrai. C'est une interprétation que font les médias de mes propos", a encore dit mercredi soir le patron de l'OL.

JMA a prévu de faire un bilan le 5 novembre après le derby contre Saint-Etienne, certainement pour lancer un challenge en terme de points, comme à l'automne 2016 quand la situation n'était guère meilleure (10e après la 10e journée, cette fois l'OL est 8e après 8 journées).

Un effectif largement allégé de ses cadres

A la décharge de Genesio, ses cadres Corentin Tolisso, Alexandre Lacazette et Maxime Gonalons sont partis cet été - après Samuel Umtiti en juin 2016 - avec en contre-partie huit nouveaux joueurs, jeunes et inexpérimentés au haut niveau pour certains.

Pour le match contre Monaco, la bonne nouvelle, c'est que nombre de joueurs seront absents côté principauté : Jardim sera privé des internationaux sud-américains rentrés tardivement des derniers matches de qualification au Mondial (Jorge, Jemerson et surtout Falcao). Il ménagera certainement Djibril Sidibé, joueur de l'équipe de France, et peut-être Youri Tielemans, qui a évolué avec la Belgique. Car mardi prochain, Monaco affronte Besiktas en C1.

Sur le même sujet

REPLAY. Enquêtes de Région : le collège Lucie Aubrac de la Villeneuve à Grenoble, le rêve brûlé

Près de chez vous

Les + Lus