Marin a rejoint un centre de rééducation neurologique en Suisse

© Je soutiens Marin
© Je soutiens Marin

Marin a rejoint mercredi dernier un centre de rééducation spécialisé en Suisse. Un séjour de trois mois financé pour l'instant grâce aux dons privés collectés par l'association créee après la sauvage agression dont il a été victime en novembre 2016 à Lyon.         

Par Philippe Bette

Marin a donc quitté la Drôme mercredi pour rejoindre la Suisse, où il bénéficie d'une prise en charge adaptée aux graves lésions neurologiques qu'il a subies. En novembre dernier, il s'était interposé pour prendre la défense d'un couple pris à partie dans le quartier de la Part Dieu à Lyon pour un échange de baiser dans la rue. Il avait été lui -même agressé ensuite et sauvagement frappé à la tête à coups de béquilles, en guise de représailles. Son agresseur a depuis eté identifié et écroué .

Laissé pour mort, Marin a survécu miraculeusement. Opéré à l'hopital neurologique "Pierre Wertheimer"de Lyon-Bron, il a pu recouvrer une partie seulement de son autonomie au prix de gros efforts. Il garde néanmoins des séquelles neurologiques sévères qui l'ont d'abord conduit dans une clinique de réeducation de l'agglomération lyonnaise. Mais devant la gravité de son état et des complications neurologiques survenues récemment, son entourage a cherché une clinique spécialisée, pour une prise en charge mieux adaptée à son cas. Et faute de place disponible, c'est à l'étranger que la solution a été trouvée.    



Dans son blog sur Facebook, Marin raconte lui-même  les derniers bouleversements intervenus dans sa vie  La décision a été annoncée lundi matin (le 17 juillet) de le transférer en Suisse. Un départ précipité : "TOUT s’est accéléré. Mail reçu, confirmation, et la tornade s’est mise en route…Par superstition, rien n’avait été préparé, alors en 1 jour et demi, il a fallu tout organiser, réserver, préparer …"
      
Le début d'une nouvelle convalescence loin des siens, qu'il attend et appréhende tout à la fois : "Vous l’aurez compris, à l’heure où vous lisez ce message, je viens d’intégrer mon nouveau centre de rééducation. Les troupes autour de moi seront désormais plus clairsemées, les journées vont gagner en intensité (j’en avais hâte mais le redoute également)."

Dans un premier temps, le séjour dans cette clinique spécialisée doit durer trois mois. Il n'a été rendu possible que grâce aux dons collectés par l' association "La Tête haute", créee justement pour venir en aide à Marin. Celui-ci en profite pour exprimer sa reconnaissance à ses généreux donateurs.

"Cette intégration aurait été impossible sans votre générosité sans limite et sans l’incroyable travail de ma maman pour que je puisse intégrer ce centre. Pour cela, je la remercie et je vous remercie également. Je sais que de nombreuses personnes ont participé discrètement à la réalisation de ce projet, ils se reconnaîtront (...) Bref, écrit -il, je n'ai qu'un mot sur les lèvres : MERCI"  

La famille de Marin a sollicité récemment une prise en charge des soins par la Sécurité Sociale. Cette demande va être étudiée.  




 



            
          

Sur le même sujet

Plus de 300 brebis viennent en aide aux espaces naturels sensibles

Près de chez vous

Les + Lus