Success Story pour la start-up lyonnaise Amoéba

© France 3 RA
© France 3 RA

La start-up lyonnaise Amoéba inaugurait mardi matin sa toute nouvelle usine sur la commune de Chassieu. L'entreprise produit un biocide biologique capable d'éliminer le risque bactérien dans l'eau. Cette entreprise cultive une amibe destinée au marché de l'assainissement des TAR.

Par dm


© France 3 RA La start-up Amoéba a été lancée en 2010 avec deux salariés. Elle compte aujourd'hui plus de 40 salariés dans cette usine de 1500 m² installée dans la Métropole de Lyon. Un investissement obligatoire pour se lancer sur le marché mondial. Cette nouvelle unité de fabrication installée à Chassieu comprend notamment deux bioréacteurs de 500 litres qui produiront en continu une amibe : la willaertia magna. Cet organisme a notamment la particularité d'être le prédateur naturel de légionelles, des bactéries pathogènes. Objectif : utiliser ce biocide à la place de produits toxiques et polluants pour l'environnement. Le biocide représente une alternative biologique aux traitements chimiques dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) industrielles. Une trentaine d'industriels l'ont déjà testé dans leurs usines. Certains sont prêt à passer commande.
Grâce à cette nouvelle usine de production, Amoéba se prépare à commercialiser ce biocide en Europe et sur le continent américain. La société attend d'ici la fin de l'année l'autorisation définitive de mise sur le marché européen. Le premier marché visé par la start-up lyonnaise est celui des « TAR ». Elle compte aussi s'attaquer à un autre marché : celui des eaux chaudes sanitaires du secteur hôtelier.

Le reportage 

Success Story pour la start-up lyonnaise Amoéba
Edition 19/20 Rhône-Alpes du 4/10/16 - France 3 RA


Voir ou revoir le reportage de F.Llop et L.Crozat du 27/11/13
 

Une amibe qui nous veut du bien
reportage F.Llop / L.Crozat - Archives novembre 2013 - France 3 RA


 

 

Le saviez-vous ?

A l'origine, Willaertia magna est une amibe naturellement présente dans l'eau qui fait office d'agent désinfectant. Initialement isolée des eaux thermales d'Aix-les-Bains (Savoie), elle fait l'objet de nombreuses publications scientifiques, notamment à l'Université Claude Bernard de Lyon.

Sur le même sujet

Les devoirs se font désormais au Collège

Près de chez vous

Les + Lus