Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Suicide assisté : Jean Mercier est relaxé par la Cour d'appel de Lyon

© France 3 Rhône-Alpes
© France 3 Rhône-Alpes

Cet homme de 88 ans, Jean Mercier, était jugé en appel à Lyon pour avoir aidé sa femme Josianne, dépressive, à mourir en 2011. Il vient d'être relaxé par la Cour d'appel de Lyon .

Par Avec AFP

"Ca me fait plus que plaisir", a réagi M. Mercier lors d'une conversation téléphonique avec le président de son comité de soutien, Henri Duchez. Malade, Jean Mercier n'a pu se rendre à l'audience de la Cour d'appel aujourd'hui.

La "peine de principe" d'un an de prison avec sursis, comme en première instance le 27 octobre 2015 devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne, avait été requise à son encontre, le 8 septembre dernier. 

Plus de 200 militants de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), dont son président Jean-Luc Romero, étaient venus apporter leur soutien au prévenu. Et réclamer une "vraie loi pour la fin de vie". Une quinzaine de membres du comité de soutien étaient présents à la cour d'appel cet après-midi.

A l'énoncé de l'arrêt, M. Duchez, s'est dit "très soulagé", saluant une décision "à la hauteur de ce qu'on attendait".

Le président du comité de soutien a estimé que la justice avait été "humaine et réaliste".  Pourtant, à l'audience, devant la cour d'assises de la Loire, l'avocate générale, Fabienne Goget avait estimé que Josanne Mercier "n'était pas en fin de vie, elle n'était pas atteinte d'un mal incurable, elle souffrait d'arthrose, d'anxiété." Pour Fabienne Goget, "la mort n'était pas la seule issue" pour cette femme de 83 ans.

Jean Mercier relaxé par la cour d'appel de Lyon
Jean Mercier accusé d'avoir aidé sa femme à se suicider a en définitive été relaxé par la Cour d'appel de Lyon après une première condamnation à une peine de prison avec sursis


Pour mieux comprendre le contexte de ce dossier, le reportage de janvier 2015 :
Sujet Jean Mercier janvier 2015
Le 27 octobre 2015, l'octogénaire, qui souffre d'un cancer de la prostate et de la maladie de Parkinson, avait été condamné pour non assistance à personne en danger à un an de prison avec sursis. Il avait fait appel de sa condamnation, ainsi que le parquet.
      


Sur le même sujet

La Clermontoise: une course pour lutter contre le cancer du sein

Près de chez vous

Les + Lus